ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles Retour à la page systèmes Pantone et Gillier-Pantone Accès au moteur de recherche

Page créée le 28/12/2007

Réalisations de PMC  (Processeurs Multi Carburants) ou Systèmes G selon Paul Pantone, en France, Belgique, Canada, Tunisie, Egypte...

Chaque montage de PMC Pantone est fait sous la responsabilité des expérimentateurs et utilisateurs.

France - 27/12/07
par Christian J.
voir A.V.E.C. 46

Petit moteur : détail PM23

Tondeuse Moteur Honda
GCV 160-5,5

Commentaires de Christian J. au 27/12/2007

 "Après plusieurs bricolages, j’en suis (pour l’instant) arrivé au montage suivant :

 Objectif : Recycler le maximum de gaz d’échappement et, de ce fait, diminuer la consommation

 

Photo 1 

Sortie des gaz d’échappement dans un té, puis un tube de 1 pouce de diamètre. Les gaz remontent vers le haut en chauffant un tube métallique traversant de 14/16 (de chez Leroy Merlin); puis redescendent par un tube de 1 pouce ½ englobant le tube de 1 pouce et ressortent par un té de 1 pouce ½ aussi (ceci afin de récupérer un maximum de chaleur).

Ces gaz sont donc dirigés, d’une part vers le bulleur (un pot plastique, de "Benco" en l’occurrence, à cause de son grand couvercle qui peut être percé pour recevoir les tuyaux d’admission et d’évacuation des gaz pulsés) et réglés au moyen d’une vanne, et d’autre part le gros surplus des gaz est envoyé vers l’admission moteur par un tuyau caoutchouc visible sur la photo 2.

Donc, après bullage, le gaz « Pantoné » est évacué, par une autre durite caoutchouc, vers la partie haute du réacteur sur le tube 14/16 (le tuyau caoutchouc est à peine visible sur la photo 1)

A la sortie basse du réacteur, le gaz « Pantoné » est envoyé vers l’admission.

 

Photo 2 

Ce gaz arrive (coté gauche de la photo) par un coude cuivre vers l’admission.

(L’ensemble carburation a été conservé tel quel, seul le filtre à air a été enlevé. On voit d’ailleurs le tuyau de vapeurs d’huile à l’air libre)

Ce coude est raccordé à un té donnant sur le moteur et en sortie latérale de ce té est emmanché un bout de tube cuivre. En son extrémité, j’ai fait 6 ailettes de forme A.V.E.C. avec des fentes assez longues dont l’utilité est expliquée ci après.

Sur ce tube est raccordé le tuyau d’évacuation des gaz afin de recycler le maximum des gaz d’échappement.

Etant donné que le moteur est un monocylindre les gaz d’échappement sont d’une part en surabondance (l’air chaud est plus volumineux que l’air froid) et d’autre part les gaz arrivent à l’admission soupape fermée. Le surplus est donc évacué par les fentes et elles permettent éventuellement d’aspirer de l’air ambiant, ce qui est difficile à estimer sans appareils de mesure, mais « au pif » les gaz semblent surtout en évacuation et, toujours au pif , peu de gaz s’échappent (10, 20% ?)

 Résultats :

  1. Consommation : La tonte de mon jardin nécessite, habituellement, un plein complet, plus un quart à un demi réservoir selon la hauteur et la densité de l’herbe. Le dernier essai m’a donné un peu moins d’un plein. Herbe pas trop haute, mais humide et par temps froid. Donc une consommation de 10 à 30% inférieure à l’habitude, mais à confirmer le printemps prochain.
  2. Les tuyaux caoutchouc amortissent le bruit d’échappement de façon bien supérieure au silencieux. Je n’ai donc pas de silencieux. (Là aussi, il faudrait des instruments de mesure impartiaux)
  3. Odeur quasi inexistante (j’ai plusieurs fois de suite respiré, au ras de la durite, le peu de gaz qui sortent sans percevoir d’odeur particulière et j’ai, me dit-on, le nez fin). Le test du mouchoir est, bien entendu, immaculé. (Là encore il faudrait une mesure impartiale aux appareils de mesure)

 

J’envisage d’autres modifications pour le printemps, ce qui explique les fils de fer visibles en maints endroits. De ce fait les étanchéités sont imparfaites et le résultat final serait, peut-être, encore meilleur.

 Commentaire final :

J’ai axé mes efforts vers le recyclage maximum des gaz (aspect ressenti dans les pages de David et d’autres internautes de Quant’homme ou d’Econologie. Cette technique, qui n’est pas nouvelle, est appelée RGE (Recirculation des Gaz d’Echappement) car pour aussi faibles que puissent être les rejets, ils subsistent tout de même. Un recyclage maximal des gaz diminuant d’autant les rejets résiduels (carbone, azote, suies). En effet si tous les gaz ne peuvent pas passer par le réacteur Pantone, ils peuvent par contre, pour une grande partie, être réinjectés directement à l’admission comme je l’ai fait.

J’ai pour projet, ensuite, de "Pantoniser" mon automobile sur ce modèle en y surajoutant l’électrolyse de l’eau dans le bulleur.

A d’autres "Pantoneurs" de vérifier si mes expériences se confirment.

Cordialement.

Merci à Christian J. (qui est aussi l'auteur de l'A.V.E.C. 46) pour tous ces renseignements !
Les petits moteurs, non "Pantonés" sur lesquels s'entraînent les "Pantoneurs" émettent  une pollution non négligeable lorsqu'ils sont utilisés en nombre dans une région.
Le gouvernement australien vient d'annoncer un programme pour lutter contre la pollution des engins de jardin et aussi des hors-bord. Un coupe haie peut produire par exemple la même pollution que 10 voitures et en général , à Sydney, les petits moteurs augmentent la pollution de 20 % lors des week-ends d'été. Voir l'article dans le numéro 19, de Novembre-Décembre 2007 de "Energie et Développement Durable".