ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles

Retour à la page PMC Pantone

Accès au moteur de recherche

Les Nouvelles de Quant'Homme - Page créée le 15/12/2005 - mise à jour le 16/03/2006

 


« S’il est incontestable que les théories sont utiles au développement d’une science, il n’est pas indispensable qu’elles soient en tout point exactes. Elles ne sont, a dit Paul Sabatier (prix Nobel de chimie 1912), que la charrue qui sert au laboureur pour tracer son sillon et qu’il lui sera permis de remplacer par une plus parfaite au lendemain de la moisson. »


« Ce n’est pas bon signe de nier quelque chose que l’on constate, simplement parce qu’on ne le comprend pas. »

Prof G. Piccardi


Réacteur Pantone en "Système Gillier-Pantone"

à bulleur à eau seule :


Système simple – Réactions complexes

Réflexions (Jean Soarès)

15 décembre 2005 SYSTEME G réacteur Pantone à la française Réflexions par Jean Soarès


« S’il est incontestable que les théories sont utiles au développement d’une science, il n’est pas indispensable qu’elles soient en tout point exactes. Elles ne sont, a dit Paul Sabatier (prix Nobel de chimie 1912), que la charrue qui sert au laboureur pour tracer son sillon et qu’il lui sera permis de remplacer par une plus parfaite au lendemain de la moisson. »


« Ce n’est pas bon signe de nier quelque chose que l’on constate, simplement parce qu’on ne le comprend pas. »

Prof G. Piccardi


Réacteur Pantone en "SYSTEME Gillier-Pantone "

à bulleur à eau seule :


Système simple – Réactions complexes

Réflexions (Jean Soarès)

 

Le système G (initiale du nom de l’agriculteur qui pour la première fois a pensé à ce genre d’utilisation) est une autre façon d’utiliser le réacteur Pantone.

Partant de là, à partir de bientôt 5 ans d’observations, à partir de réalisations, de littérature scientifique d’hier et d’aujourd’hui, d’échanges avec lecteurs et amis que je remercie, je réfléchis à la simplicité du montage de ce système et à la complexité des réactions pouvant se produire à l’intérieur du système G tout en étant très conscient de ne voir qu’une partie de « l’iceberg »


Nous avons donc


Le réacteur :  très simple, 2 tubes, une tige coaxiale au tube intérieur.


Dans l’espace entre les deux tubes, l’échappement pousse ses gaz chauds qui apporteront des calories au réacteur et, en même temps, par ses forces de frottement sur le tube intérieur, entraîneront une réaction qui ne doit pas être négligeable puisque, quand on inverse le sens du flux, le réacteur fonctionne moins bien.

Les gaz d’échappement vont aussi servir à chauffer par bain-marie l’eau du bulleur.


Du bulleur part un tube relié au coeur du réacteur, un autre tube relie la sortie du réacteur à l’entrée d’air.

Pour que le réacteur fonctionne, que le bulleur fonctionne (car ce qui est aspiré à la sortie du réacteur n’arrive pas directement à l’admission du moteur contrairement à ce qui se passe dans le système Pantone d’origine), il faut obtenir une dépression dans le réacteur et obturer partiellement l’entrée d’air.

Quant au bulleur, il fonctionne à partir d’une entrée d’air sur l’extérieur et par l’aspiration à travers le réacteur. L’entrée d’air étant partiellement obstruée par un système à géométrie variable allant jusqu’aux 2/3, l’air ne sera donc plus majoritaire à l’aspiration, dans la majorité des cas ce qui permet de penser que le Nox est réduit, l’air étant constitué d’environ 78% d’azote ce qui n’est pas le cas de l’eau qui en est dépourvue.

Le système G est donc un système qui ne change pas le système d’origine, tout au plus l’entrée d’air, et qui ne change pas le carburant d’origine, ce qui est intéressant vis-à-vis de la législation, et qui permet de répondre à la nécessité évidente de libérer la planète de la pollution, comme il est largement établi dans des sommets sur la protection de l'environnement (tels que celui de Kyoto).

Nota : En affinant les interprétations de ces textes, moins polluer avec ses moteurs n'est pas un délit, au contraire
Loi 2000-647 du 10.07.2000  
dont l'article 1er dit ceci : "Le troisième alinéa de l'article 121-3 du code pénal est remplacé par deux alinéas ainsi rédigés :« Il y a également délit, lorsque la loi le prévoit, en cas de faute d'imprudence, de négligence ou de manquement à une obligation de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, s'il est établi que l'auteur des faits n'a pas accompli les diligences normales compte tenu, le cas échéant, de la nature de ses missions ou de ses fonctions, de ses compétences ainsi que du pouvoir et des moyens dont il disposait. Dans le cas prévu par l'alinéa qui précède, les personnes physiques qui n'ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s'il est établi qu'elles ont, soit violé de façon manifestement délibérée une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d'une particulière gravité qu'elles ne pouvaient ignorer. »
Art.122-5 al 1
du Code Pénal
" N'est pas pénalement responsable la personne qui, devant une atteinte injustifiée envers elle-même ou autrui, accomplit, dans le même temps, un acte commandé par la nécessité de la légitime défense d'elle-même ou d'autrui, sauf s'il y a disproportion entre les moyens de défense employés et la gravité de l'atteinte. N'est pas pénalement responsable la personne qui, pour interrompre l'exécution d'un crime ou d'un délit contre un bien, accomplit un acte de défense, autre qu'un homicide volontaire, lorsque cet acte est strictement nécessaire au but poursuivi dès lors que les moyens employés sont proportionnés à la gravité de l'infraction. "
Article 122-7
 N'est pas pénalement responsable la personne qui, face à un danger actuel ou imminent qui menace elle-même, autrui ou un bien, accomplit un acte nécessaire à la sauvegarde de la personne ou du bien, sauf s'il y a disproportion entre les moyens employés et la gravité de la menace.

 


 

Schéma Xavier Faure

 

Donc les gaz d’échappement poussent, le réacteur aspire, et plus l’aspiration est bonne, plus la dépression, plus le vide relatif sont importants, plus la vitesse des gaz est rapide, plus le réacteur est performant.



Attention aux prises d’air et fuites ! Le système nécessite de bonnes soudures, ou mieux que les pièces soient vissées : on peut employer des durites haute température qui facilitent grandement les raccords.

En ce qui concerne l’espace entre les deux tubes : il ne doit pas trop ralentir la sortie des gaz d’échappement, ce qui nuirait au bon fonctionnement du moteur. Pour l’espace entre le tube et la tige intérieure,1mm semble être la bonne dimension pour compresser, accélérer les molécules d’eau venant frotter les parois du réacteur.

L’étude basée sur la thermodynamique faite par Michel David est très intéressante mais les bons résultats confirmés par le nombre et la durée des expérimentations semblent venir aussi du fait que les micro gouttelettes d’eau viennent frotter sur les parois du tube intérieur. Ce sont les travaux de Armstrong et de Thomasi (1875) (Annexe 1) qui nous apprennent que pour créer un fort champ électrique statique et magnétique, il faut que les molécules d’eau frottent sur les parois métalliques…Elles créent ainsi de micro étincelles qui vont venir percuter les molécules d’eau dans cet espace déjà chauffé par les gaz d’échappement, le transformant en chambre de volatilisation et en créant un effet de micro orage.

L’aspiration du réacteur va créer une turbulence dans l’eau chauffée du bulleur et ce sont les particules les plus fines qui seront aspirées par le réacteur. C’est pour cela que le bulleur doit avoir une certaine hauteur et qu’au besoin, à la sortie du bulleur, un tampon métallique peut être placé, sans toutefois nuire à l’aspiration.

Le bulleur n’a pas besoin d’être très grand ce qui permettra de chauffer plus rapidement, et peut être alimenté par un réservoir annexe comme il est expliqué dans les pages de M. David.

(L’évaporation est plus grande quand la pression baisse d’où l’évaporation sous vide à des fins industrielles)

La quantité ou volume d’air-plasma demandée par le moteur ne changeant pas, il n’est pas toujours utile de mettre plusieurs réacteurs ce qui risque de nuire à la qualité de la dépression. Seuls les gros moteurs le justifient.

 

Une appellation trompeuse : les moteurs dits « à eau. »


Un vrai moteur à eau, serait un moteur type moteur Meyer, Puharich, Dingle etc.

Dans la littérature scientifique, technique, on parle de moteurs fonctionnant avec injection d’eau. C’est exact, des brevets ont été déposés, entre 1895 et 1900 sur des moteurs fonctionnant avec toutes sortes de carburants et addition d’eau. Le premier fut sûrement Viet de chez Dedion-Bouton en 1895, suivi par Hornsby en 1897 qui travailla surtout sur les engins de chantier, Banki en 1898 à Budapest et Vernet et Clerget, vers 1900, ces derniers alimentant un moteur Diesel avec 3 injecteurs dont un était réservé à l’eau.

Mais l’eau, dans ces systèmes, n’était utilisée que pour réguler l’explosion ou la combustion, et éviter auto allumage et cliquetis.

Parfois, certains avaient remarqué une augmentation de puissance… puissance utilisée par la suite dans l’aviation pour échapper à l’ennemi, mais les casses étaient fréquentes.

C’est sans doute ces souvenirs qui ont alimenté les critiques annonçant le risque de casse sur les systèmes Pantone pur ou les systèmes G montés sur les tracteurs. En bientôt 5 ans d’expérimentations et de suivi sur des tracteurs équipés, il n’y a pas un agriculteur qui a signalé de la casse car il n’y a pas d’injection d’eau dans le moteur avec un système G.
 


Pourquoi dans l’utilisation du système G a-t-on des résultats aussi performants ? À savoir :


Division par 2, 3 ou 4 de la consommation
Disparition quasi-totale de la pollution
Augmentation de puissance

Michel David dans sa page 15 et dans sa page 17, montre que l’apport calorique à lui seul peut expliquer ces bons résultats.

Mais existe-t-il d’autres explications ?

Je reviens aux travaux de Armstrong et de Thomasi, avec cet effet produit par les micros étincelles sur les micros particules d’eau expliquent la possibilité d’obtenir un fort champ électromagnétique.
(Annexe 1)

Dans le système G, plus la vitesse des gaz est importante, meilleurs sont les résultats. Que remarquent les agriculteurs ? Plus ils « tirent » sur leurs machines, moins ils consomment. Ce qui paraît illogique, car appuyer sur le champignon a toujours fait consommer plus. Mais dans ce cas, c’est plutôt logique puisqu’on fait un appel d’air où intervient en majeure partie le produit du réacteur, ce qui va créer une dépression supplémentaire, accélérer les gaz, augmenter les champs électriques et magnétiques, (d’où la tige aimantée, plus ou moins suivant le métal), mais dès que l’on coupe le moteur, il n’y a plus de tirage et de magnétisation, et il ne restera que celle dépendant du métal. La tige aimantée a toute son importance dans ce raisonnement.

Il y a un mot qui gêne quand on parle des systèmes Pantone qu’ils soient du PMC d’origine ou adaptés en système G, c’est le mot plasma
(Annexe 2)

Ce nom, qui a été donné par Irving Langmuir, correspond au quatrième état de la matière.

L'image peut être agrandie

 De gauche à droite, Sinclair Lewis (1885-1951), Prix Nobel de littérature 1930, Frank Kellogg (1856-1937), Prix Nobel de la paix 1929, Albert Einstein (1879-1955), Prix Nobel de physique 1921, et Irving Langmuir (1881-1957), Prix Nobel de chimie 1932.

Source Encyclopædia Universalis 2005


Plasma : c’est tout d’abord un gaz ionisé, électrifié. Dans cet état, la température apporte des caractéristiques différentes au plasma. Les plasmas intergalactiques, les plasmas des tubes à décharge, type néon, xénon, mercure, la ionosphère, les aurores boréales et les vents solaires en sont des exemples. Il existe mille sortes de plasmas (allant des températures négatives aux millions de degrés)……Mais ce sont toujours des plasmas quelles que soient leurs densités et leurs températures. (Annexe 2)

Si l’on considère que dans le cœur du réacteur Pantone en système G, les micro gouttelettes d’eau subissent des décharges électriques saccadées, ne serait-ce que par les cycles du moteur (et l’effet serait encore augmenté si on utilisait en plus un distributeur comme Michel David l’a conseillé dans ses pages 5, 10, et 14), on obtiendrait alors une électrisation des molécules d’eau particulière.

M. Dragonera dans son livre
« Avec Tesla, Schauberger, l’Energie Libre » explique que :
« …on peut former un vortex dans une vapeur d’eau rapidement, en ionisant par de brusques décharges électriques et que, dans un champ magnétique longitudinal, un plasma peut prendre la forme d’une spirale, et qu’alors un vortex de plasma produit un champ macroscopique résonant qui rend légèrement cohérentes les fluctuations du vide au point zéro ».

Ce qui expliquerait l’intérêt porté au système Pantone par des physiciens comme Eugène Mallove.

Dr Eugène Mallove - Source Jeane Manning


Toujours d’après M Dragonera, dans la physique des plasmas, quand une énergie suffisante est ajoutée à un gaz par une impulsion électrique par exemple, elle le ionise en plasma et si on y ajoute encore plus d’énergie, le plasma devient violent et turbulent et se transforme en vortex méta - stable appelé plasmoïde (petite boule de plasma).

Un plasma pénétrant dans la chambre à combustion n’a pas les mêmes conséquences sur la combustion qu’un simple gaz non ionisé….

Le but est d’obtenir un plasma le plus riche possible, le plus chaud possible et qu’un minimum de micros gouttelettes d’eau non électrisées arrivent dans le moteur ; en fait, se rapprocher le plus possible (avec le tandem réacteur-moteur) de ce qui se passe avec le Plasmatron du M.I.T.
(Annexe 7) ou ce qui se passe avec le système Pantone original (Annexe 2)

Certains ont remarqué qu’après avoir vidé le bulleur de son eau une réaction analogue continuait de s’exercer sur le moteur. L’action cyclonique une fois amorcée dans le réacteur continuerait- elle pendant un certain temps sur l’air seulement, comme semble l’expliquer Pantone quand il dit:
« On a few occasions, we have witnessed ballistic-level reactions where the engine seems to run on air, putting out unrealistic power levels for the engine size » (« to run on air », des termes qui nous avaient fortement intrigués)

Se pourrait- il aussi que dans certains cas (plasma riche) une implosion puisse se produire ? (Voir Yul Brown).

Se pourrait-il qu’un système G idéalement conçu en arrive à de telles réactions, d’autant plus que la forme du réacteur tube et tige, et le vide relatif favoriseraient ce vortex ?

Quant à la résonance, est-elle due à la tige, à un effet de cavitation ou à d’autres phénomènes dont nous parlerons plus loin ? (Ou à un ensemble de phénomènes)

Est-ce que le réacteur peut décomposer les micros gouttelettes d’eau ou la vapeur en atomes d’hydrogène et d’oxygène ?

Si l’on tient compte de la chaleur ambiante, ce n’est sûrement pas possible, mais si on tient compte de la température des étincelles percutant les molécules, il faudrait voir dans quelles proportions -cela est possible.


Que peut-il se passer encore ?


Qu’avons-nous dans le réacteur ? Un champ électrique, un champ magnétique et un fluide. Pourrait-on dans ce cas envisager un effet de M.H.D. courant dans les plasmas.

Depuis les travaux de Lavoisier, on connaît la faculté de certains métaux chauffés au rouge, par exemple le fer, de décomposer la vapeur d’eau en hydrogène, le fer retenant l’oxygène.
(Annexe 5)

L’expérience consistant à faire goutter de l’eau sur une plaque de fer rougi était très connue des garagistes (ce procédé de chauffage des ateliers est maintenant interdit avec les nouvelles normes environnementales).

Dans un fond de cuve, les garagistes brûlaient de l’huile de vidange, une tôle de fer était maintenue dans la flamme, un goutte à goutte d’eau sur la plaque rougie augmentait considérablement l’efficacité du système et diminuait la pollution.

Dans un système G il est peu probable que la température entretenue soit suffisante pour obtenir ce type de réaction, même si nous avons vu des tiges bleuies par la chaleur.

Certains parlent de phénomènes de résonance dans le système Pantone original, et qui peuvent s’appliquer aussi au système G. Paul Pantone parle même de faire « chanter » son système. Mais faut- il encore qu’il chante « juste » et qu’il donne les bonnes harmoniques et certainement en résonance avec la fréquence des molécules d’eau.

Le couple tige- tube intérieur dans ses dimensions, sa composition, la vitesse du flux qui le parcourt, la production d’ondes sonores audibles et inaudibles, avec toutes leurs conséquences sont à étudier (Là c’est le musicien qui parle)

Un phénomène de magnétostriction ou autres phénomènes vibratoires
(Annexes 3 et 4) pourraient-ils en être la cause ? Si l’on considère les champs magnétiques et électriques alternatifs dus aux cycles du moteur, cette magnétostriction serait encore nettement améliorée en utilisant un distributeur ….comme ceux indiqués par M David dans ses pages 5,10 et 14.

Se pourrait-il aussi qu’il y ait un phénomène de cavitation, de sono luminescence?
Si effectivement un phénomène sonique et ultra sonique peut se déclencher, on peut pousser la réflexion encore plus loin.

La possibilité de fonctionner à l’eau de mer peut, peut être nous faire « glisser » vers la « fusion froide », la présence du deutérium (vingt grammes par tonne d’eau de mer) pourrait servir « d’allumette ».

Autre phénomène possible : ces derniers temps, nous avons beaucoup parlé d’inox et surtout d’inox série 310 en raison de la présence d’un fort pourcentage de nickel pour la tige. Même si les températures dans les hauts de cylindres sont élevées, ne serait-il pas judicieux de chercher, voire de retrouver du nickel dans les hauts de cylindres ?

L’action catalytique du nickel n’est- elle pas à étudier aussi ?

Constantin Kouropoulos parle, lui, de radiolyse. C’est peut-être possible avec certaines eaux chargées en radon comme par exemple en Auvergne, en Bretagne.

Se pourrait-t- il que ce système, le système G, si simple, engendre toutes ces réactions, ou bien une partie de ces réactions ?

Se conjuguent-elles entre elles, dans quelles proportions, et comment ?
L’ « équation » va être difficile à résoudre mais :

Si aucun élément additionnel ne vient contrecarrer les réactions inhérentes au système (intervention d’un champ magnétique extérieur par exemple), si on laisse le système s’auto réguler, s’il est conçu selon de bonnes proportions, dans de bons matériaux, si on obtient les températures nécessaires et l’oxygénation indispensable, et un plasma riche, il ne faudra peut-être plus qu’une « allumette » d’hydrocarbure pour faire fonctionner le moteur.

Pour moi, les résultats différents obtenus par les nombreux expérimentateurs à partir du système G ne m’étonnent pas.


Au départ, nous avons les données du moteur d’origine. Nous rajoutons un système qui doit apporter un plus.


Un « petit plus » si le système est bien fait mais à des proportions trop faibles, et un « grand plus » si le système est bien adapté au volume d’aspiration du moteur, avec une obturation adéquate modulant suivant les régimes et donnant la priorité au gaz issu du réacteur apportant au moteur la quantité d’oxygène nécessaire pour n’avoir pas d’imbrûlés. Je ne peux concevoir un « moins ».

Nota : Un expérimentateur d’un grand centre de secours français nous a fait remarquer que la possibilité de tirer de l’oxygène de l’eau du système G pourrait être d’un grand secours (voire vital pour les pompiers) pour les véhicules luttant contre les incendies de forêts. En effet le manque d’oxygène extérieur du au feu pourrait être compensé par celui apporté grâce au système G monté sur leurs camions.

Une raison de plus pour étudier le système G…

Que de questions, de points d’interrogations !

Mais les résultats obtenus par des centaines de tracteurs et autres véhicules sont bel et bien là et nous encouragent à chercher, et il faudra bien trouver des réponses, pour aller plus loin encore et optimiser ce système G, comme Génial.

 

 

« Il y a des faits hérétiques, ces faits là, parce qu’il portent en eux des interrogations, parce qu’ils dérangent le confort intellectuel du grand nombre, il importe de les expliquer plus complètement que les autres. »

F. Bruno


J’ai remarqué aussi que :

• Les durites à hautes températures donnent de bons résultats et sont plus faciles à installer que des tubes en cuivre.
• Que toutes les tubulures doivent être le plus courtes possible.
• Le système « tout en un » (type 42 ou spad, vertical ou horizontal) n’est pas forcément la meilleure solution, car pour pouvoir l’installer on peut trop s’éloigner des accès et sortie moteur. Au vu des baisses de consommation relevées par des utilisateurs comme Urbain (tracteur 36) et Antoine (tracteur 22) il ne faut pas négliger que les systèmes séparant bulleur et réacteur permettent d’obtenir de bons résultats, une bonne combustion, et par conséquent de moins polluer.
• Les longueurs de tiges trop courtes pourraient aussi limiter les phénomènes décrits ci-dessus.
• La composition du métal a toute son importance.

 

Ce qui prouve bien que la multiplicité des variantes dans les montages entraîne des différences dans les combinaisons et interactions de toutes les réactions internes au réacteur et au « tandem » réacteur- moteur par conséquent les résultats sont obligatoirement différents.



A remarquer aussi : Les moteurs à combustion interne avec leur taux de compression élevé donnent de meilleurs résultats que les moteurs à explosions.

Et, au ralenti et aux bas régimes il faut revenir aux caractéristiques du moteur (si l’on ne peut faire mieux).
 

Ne pas oublier aussi que


Le système G n’est pas (forcément) une amélioration par rapport au système Pantone d’origine, c’est seulement une autre façon d’utiliser le réacteur de Pantone, sans modifier l’architecture du moteur, sans changer le type de carburant (ce n’est plus un Processeur Multi Carburants P.M C.) tout en ayant aussi de bons résultats.

 


ANNEXES  pour continuer de réfléchir

Textes d'hier et d'aujourd'hui...




1 - Machine d’Armstrong - Thomasi champ électromagnétique

 

 

Thomasi champ électromagnétique

 

 

A noter : Monsieur Becquerel qui a exécuté d'importants travaux a vu que, entre tous les gaz, l'oxygène était celui qui avait le plus grand pouvoir magnétique et qu'un mètre cube de ce gaz condensé agit sur une aiguille aimantée comme 5, 5 grammes de fer. Une des plus belles expériences de Faraday est celle par laquelle, après bien des essais infructueux, il réussit à réaliser l'aimantation de la lumière."

 

2 -  Plasmas

Extraits de « Encyclopædia Universalis 2005 » :  je vous conseille de consulter l’intégralité de ce sujet.

L'énergie d’agitation thermique des molécules et atomes constituant le gaz est alors suffisante pour que, lors de collisions entre ces particules, un électron puisse être arraché à l'une d'entre elles. Ce phénomène d'ionisation est d'autant plus fréquent que la température est élevée. L’ionisation peut également être provoquée par l’impact d’un corpuscule de lumière, un photon, appartenant au domaine du rayonnement ultraviolet, sur une molécule ou sur un atome. À l’inverse, un électron et un ion peuvent se recombiner lors d’une collision mettant également en jeu une troisième particule, qui encaisse l’excès d’énergie associé à la recombinaison, ou bien simplement lors d’une collision électron-ion avec émission d’un photon. L’ionisation et la recombinaison conduisent ainsi à des gaz partiellement ou presque totalement ionisés, appelés « plasmas ». Composé de particules chargées positivement (ions) et négativement (électrons), et éventuellement de particules neutres, le plasma est en général globalement neutre (autant de charges positives que de charges négatives), non pas tant parce qu'il est issu d'un gaz électriquement neutre, mais plutôt parce que toute séparation à grande échelle des charges positives et des charges négatives s'accompagne de l'apparition d'un fort champ électrique qui rappelle les populations ionique et électronique l'une vers l'autre….

L'appellation « plasma » couvre en réalité une très grande variété d'objets physiques de températures et surtout de densités très différentes. L'état plasma nous est peu familier sur Terre. Il constitue cependant l'essentiel de l'Univers, puisque les étoiles, les espaces interstellaires et intergalactiques sont des plasmas. Plus près de nous, dans l'environnement terrestre, la magnétosphère et l’ionosphère appartiennent également à cette catégorie. Dans la vie de tous les jours, on trouve encore des plasmas dans les tubes à décharges électriques (tubes à néon), les arcs électriques, les éclairs atmosphériques ou les aurores boréales. À certains égards, les électrolytes ou les électrons dans les métaux peuvent également être considérés comme des plasmas. Enfin, les plasmas très chauds, dont la température est de l'ordre de la dizaine ou de la centaine de millions de kelvins, sont étudiés en laboratoire pour réaliser sur Terre de façon contrôlée la fusion thermonucléaire, à l’image de ce qui se passe dans les étoiles, où elle est la source qui fournit l'énergie qu'elles rayonnent. …

Les mouvements des électrons et des ions du plasma sont essentiellement gouvernés par les champs électriques et magnétiques qui règnent dans le plasma, parfois également par les collisions de ces particules entre elles ou avec des particules neutres. C'est là la différence principale avec l'état gazeux, où les collisions jouent le rôle dominant. En retour, ces mouvements de particules chargées créent des accumulations de charges et des courants électriques qui modifient la structure et l'évolution du champ électromagnétique. Outre l'électromagnétisme, l'étude des plasmas met également en jeu l'hydrodynamique, en particulier la magnétohydrodynamique, pour traiter les écoulements de plasmas ; la théorie cinétique, pour étudier les écarts à l'équilibre thermodynamique de la répartition en vitesse des particules ; la physique atomique, pour déterminer les niveaux d'énergie des molécules, atomes, et ions, et leurs degrés d'occupation ; la chimie, pour décrire les réactions dans les gaz faiblement ionisés ou sur les surfaces adjacentes ; enfin la physique non linéaire, pour traiter le comportement des ondes de grande amplitude se propageant dans les plasmas…..

Les premières études sur les décharges, effectuées par le physicien britannique Michael Faraday, remontent aux années 1830. L'établissement des équations de Maxwell (1864), la découverte de l'électron en 1897 par le Britannique Joseph John Thomson (Prix Nobel de physique 1906) et la compréhension de la structure de la matière qui a suivi ont permis l’avènement de la physique des plasmas au XXe siècle. Le mot « plasma » apparaît lui-même dans les années 1920, sous la plume de l'Américain Irving Langmuir (Prix Nobel de chimie 1932)….

Tout champ magnétique dans lequel se trouve plongé le plasma tend à incurver les trajectoires des particules chargées, qui s'enroulent autour du champ avec une vitesse angulaire appelée fréquence cyclotron...

Les plasmas sont le siège de phénomènes ondulatoires très variés, en particulier en présence d'un champ magnétique brisant le caractère isotrope du plasma. Au moins pour les ondes de faible amplitude, on peut toujours se ramener à l'étude des ondes planes où toutes les grandeurs associées à l'onde, champ électrique, champ magnétique, perturbation de densité, etc., s'écrivent sous la forme A(r,t) = A0 cos(yt - k.r - f) où y est la fréquence angulaire, k le vecteur d'onde et f la phase de l'onde considérée….

La formation de vagues à la surface de l'eau sous l'effet du vent ou le développement de la turbulence dans les écoulements hydrodynamiques à nombre de Reynolds élevé sont des manifestations familières des instabilités et de la turbulence dans les fluides. Les plasmas, qui sont des fluides constitués de particules chargées, peuvent être de même le siège de nombreux phénomènes instables, conduisant éventuellement à une turbulence développée. L'existence d'un grand nombre de types d'ondes dans les plasmas y rend possible des formes très variées d'instabilités et de turbulence. Les instabilités qui se développent dans un plasma sont toujours le résultat d'une situation hors équilibre. Le plasma peut, par exemple, occuper une région de l'espace et chercher à se déplacer vers une autre, plus favorable du point de vue énergétique : c'est le cas des instabilités magnétohydrodynamiques qui affectent le confinement magnétique des plasmas et qui peuvent conduire à des déplacements macroscopiques du plasma dans son ensemble. Plus spécifiques de l'état plasma, les instabilités dites « cinétiques » mettent en jeu l'interaction des ondes se propageant dans le plasma et de groupes de particules, appelées « particules résonantes », dont les vitesses s'accordent avec les vitesses de phase des ondes considérées. L'instabilité se développe alors dans l'espace des vitesses et peut conduire à une modification importante des fonctions de distribution des particules. C'est par exemple le cas des instabilités faisceau-plasma, déclenchées par le passage dans un plasma de faisceaux de particules chargées. Les instabilités et la turbulence qui en résulte tendent à reconstituer des fonctions de distributions maxwelliennes. Enfin, si le plasma est traversé par une onde, en particulier électromagnétique, de grande amplitude, les oscillations des particules chargées au sein de cette onde peuvent donner lieu à l'excitation progressive d'ondes secondaires (deux ou plus) qui pompent l'énergie de l'onde de grande amplitude. Ces instabilités sont dénommées « instabilités paramétriques », par analogie avec les phénomènes de résonance paramétrique en mécanique. On parle aussi de couplages non linéaires d'ondes dans la mesure où le développement de ces instabilités peut être relié au caractère non linéaire de la réponse du plasma au champ électrique des ondes. Ces instabilités jouent un rôle crucial dans l'interaction d'ondes laser avec les plasmas…

Les instabilités dans les plasmas ont pour effet de redistribuer les particules dans l'espace réel ou dans l'espace des vitesses, ou bien encore de redistribuer l'énergie entre les différentes ondes susceptibles de se propager dans le plasma. La redistribution des vitesses dans l'espace s'accompagne d'une modification du spectre des ondes, l'ensemble pouvant dans certains cas être décrit par une théorie « quasi linéaire » qui prédit en particulier que les particules se réorganisent de façon à stabiliser les ondes initialement instables…

Les états turbulents qui résultent du développement des instabilités peuvent être de nature différente en fonction des caractéristiques initiales du plasma et des causes des instabilités. Ainsi, on qualifie de turbulence magnétohydrodynamique l'état issu du développement d'instabilités magnétohydrodynamiques, ou de turbulence de Langmuir l'état résultant d'oscillations, rendues désordonnées par des mécanismes instables, de type plasma électronique…

La dénomination « plasmas froids » recouvre en fait les gaz partiellement ionisés, dont la température reste modérée, atteignant 104 à 105 K, bien en deçà de la température des plasmas chauds. Dans ces plasmas, les collisions élastiques ou inélastiques des électrons et des ions avec les particules neutres (atomes et molécules) sont fréquentes et dominent certains aspects du plasma. En général, le plasma est créé par décharge dans un gaz entre la cathode, chargée négativement, et l'anode, chargée positivement. Un gaz partiellement ionisé peut également être créé par interaction d'un faisceau laser d'intensité modérée avec une cible solide...

Depuis les lampes à arc au carbone de la fin du XIXe siècle et les lampes à décharges luminescentes, les applications industrielles des plasmas froids se sont considérablement diversifiées, et cette diversité est due à la variété des configurations géométriques, des paramètres physiques (densité, température, fréquence et intensité des potentiels électriques appliqués) et de la nature du gaz ambiant (inerte ou réactif) ou des parois solides constituant les électrodes ou se trouvant en contact avec le plasma…

On réserve le nom de plasmas thermiques aux plasmas relativement denses, en équilibre thermodynamique (au moins localement), et produits par des décharges du type arcs électriques ou de type radiofréquence, ou par des torches à couplage inductif. Ces plasmas sont essentiellement présents ou utilisés dans les appareils de coupure électrique (interrupteur à plasma en électronique de puissance), dans le traitement métallurgique, le traitement thermique, la soudure, ou le traitement des déchets ou des polluants...

Les plasmas froids à basse pression sont, au contraire des plasmas thermiques, hors équilibre thermodynamique. Les températures des diverses populations sont différentes les unes des autres (en particulier Te > Ti à cause du faible taux d’échange d’énergie des électrons), et on peut également distinguer les températures vibrationnelles et rotationnelles associées aux degrés de vibration et de rotation des molécules du gaz. En outre, les distributions des vitesses des particules chargées s’écartent sensiblement des maxwelliennes.

La magnétohydrodynamique (M.H.D.) est une branche de la physique consacrée à l'étude des mouvements des fluides conducteurs de l'électricité en présence de champs magnétiques. Elle s'applique aux métaux liquides (mercure, métaux alcalins fondus), aux gaz faiblement ionisés et aux plasmas.
Lorsqu'un fluide conducteur se déplace dans un champ magnétique, il est le siège d'un champ électrique qui y produit des courants électriques ; ceux-ci modifient le champ magnétique initial ; d'autre part, les forces de Laplace appliquées à la matière le long des lignes de courant modifient le mouvement du fluide. Ainsi apparaît une interaction des effets électromagnétiques et hydrodynamiques qui constitue le domaine d'étude de la M.H.D. L'importance de l'interaction est caractérisée par un nombre sans dimension RM appelé nombre de Reynolds magnétique ; RM est proportionnel à la conductivité électrique du fluide, à sa vitesse et aux dimensions de l'écoulement. L'interaction est généralement faible (RM < 1) dans les métaux liquides et les gaz faiblement ionisés et forte (RM > 1) dans les plasmas.
Le champ magnétique peut être considéré comme un fluide mélangé au fluide matériel et exerçant sur lui des efforts de « pression magnétique » proportionnels au carré de l'induction magnétique B. Si l'interaction champ-matière est forte, ces deux fluides se déplacent solidairement : le champ magnétique est « gelé » dans la matière. Le milieu peut alors propager des ondes spéciales de basse fréquence appelées ondes magnétohydrodynamiques : les plus simples d'entre elles sont les ondes d'Alfvèn, qui se propagent parallèlement aux lignes de forces magnétiques ; ce sont des ondes transversales qui peuvent être considérées comme des oscillations des tubes de force, ceux-ci se comportant comme des cordes vibrantes chargées par la matière entraînée.
Des développements industriels importants concernent les métaux liquides (pompage électromagnétique du sodium utilisé comme réfrigérant dans certains réacteurs nucléaires ; pompage, brassage et lévitation dans certains traitements métallurgiques). Les applications aux gaz ionisés et aux plasmas ont fait l'objet de recherches : confinement magnétique des plasmas dans les recherches sur la fusion contrôlée, conversion d'énergie (générateurs M.H.D. pour améliorer le rendement des centrales thermiques, moteurs M.H.D. pour la propulsion des fusées, souffleries hypersoniques), aérothermie et propulsion navale....


Voir aussi http://geet-pantone.com/plasma.htm   qui donne quelques adresses d’organismes et instituts
http://quanthomme.free.fr/pantone/usa/PMC3.htm

 

3 -  Mouvement vibratoire et sonore produits par les courants


"Lorsque l’on aimante une tige de fer doux par le passage d’un fort courant électrique, et qu’on la désaimante ensuite rapidement par la suppression du courant, cette tige produit un son. Ce son est du à un allongement et à un raccourcissement du métal sous l’influence de l’électricité, mouvements qui produisent des vibrations engendrant un son plus ou moins aigu. Ce fut en 1838, que deux physiciens américains, Messieurs Henry et Page découvrirent ces curieux phénomènes, en même temps que M. Delezenne les ait constatés en France. Wertheim construisit sur ce principe une sorte de harpe éolienne. De la Rive augmenta l’intensité des sons qu’avaient su produire ses prédécesseurs en employant de longs fils métalliques qui étaient soumis à une certaine tension et qui traversaient l’axe de bobines d’induction entourées d’un fil métallique isolé. Si l’on mesure la hauteur du son produit dans une barre de fer placée au milieu d’une hélice parcourue par des courants discontinus, on trouve que ce son est du à des vibrations longitudinales semblables à celles que le frottement ferait naître. Quand on transmet directement des courants électriques au travers des tiges de fer ou des fils de ce métal, on remarque également une production de sons ; ainsi, lors du passage de l’électricité dans le fer, comme dans le cas où l’électricité circule autour de ce métal et l’aimante, des vibrations sonores peuvent se produire. Il faut, pour que le son soit bien pur, que le fil ait une tension suffisante ; au-delà d’une certaine limite, l’aptitude des fils de fer doux à rendre les sons diminue.
Les changements moléculaires qui ont lieu dans le fer aimanté ont été rendus sensibles par les expériences de Monsieur Grove, qui montre qu’une armature en fer doux éprouve une élévation de température de plusieurs degrés quand on l’aimante et qu’on la désaimante successivement à l’aide d’un aimant extérieur."


Source : Alexis Clerc, Physique et Chimie, fin XIX ème.


4 -  Magnétostriction : définitions

"Lorsqu'un matériau présentant une forte magnétostriction est soumis à un champ magnétique alternatif, il entre en vibration et peut donc émettre une onde acoustique : c'est le principe du sonar utilisé en acoustique sous-marine. Le nickel, utilisé à cette fin durant la Seconde Guerre mondiale, a été progressivement supplanté par les céramiques piézoélectriques mais les transducteurs magnétostrictifs jouissent d'une faveur renouvelée aux basses fréquences (de l'ordre de 1 kHz) depuis l'apparition des alliages Tb0,3Dy0,7Fe2 à magnétostriction très élevée. Inversement, l'application d'une contrainte sur un corps magnétostrictif modifie ses propriétés magnétiques : différents capteurs de force, de couple ou de position ont été développés sur ce principe… "

Source Encyclopædia Universalis 2005


"Variation de volume d’un corps, qui se produit lorsque celui-ci est soumis à un champ magnétique. Ce phénomène, du à l’interaction des dipôles magnétiques alignés par le champ, est particulièrement important pour les substances ferro-magnétiques. Lorsqu’on soumet le corps à un champ magnétique oscillant, on obtient des variations périodiques de volume capables d’engendre des ondes sonores. Cet effet est utilisé pour produire et capter les ultrasons."

Source Encyclopédie Hachette Multimédia 2005


5 - Hydrogène : quelques infos

 

 

Source : Alexis Clerc

Physique et Chimie, fin XIX ème

 


 

 

Source : J. Lamglebert, Traité de Chimie 1878

 

6 - Palladium et hydrogène (1865) :  remarques intéressantes

 

 

Source : Alexis Clerc, Physique et Chimie, fin XIX ème

 

7 - Plasmatron – extrait de   notre page

..."Le système choisi de préférence est un Plasmatron à eau qui utilise l'amélioration ("reformage") de la vapeur de la source hydrocarbure. En raison de la très grande efficacité du Plasmatron et dans l'option de fonctionnement où seule une partie de l'hydrocarbure est transformée en gaz riche en hydrogène, l'ensemble a une bonne efficacité, bien que l'on utilise de l'électricité produite par le moteur pour alimenter le Plasmatron.

Le Plasmatron ne fait pas que produire du gaz riche en hydrogène pour le moteur, il permet en outre d'y injecter du gaz combustible à haute température ce qui rend la combustion totale et réduit ainsi les polluants émis. Dans un Plasmatron à eau, la quantité d'hydrogène du gaz est augmentée, la vapeur étant le gaz à l'oeuvre. Ce qui sort du Plasmatron c'est 75 à 80 % d'eau et 20 à 25 % de CO. Dans le cas où le gaz fortement hydrogéné est le seul carburant à entrer dans le moteur, il est à noter que le produit de combustion, l'eau, alimente le fonctionnement du Plasmatron. ""

 

 

« Notre plus grand progrès dans la Science est peut-être entre les mains d’hommes qui sont enclins et aptes à ignorer les classifications artificielles que nous avons érigées… »

Melvin Calvin Prix Nobel de Chimie, 1961

 

 

Après ce bref tour d'horizon, issu des nombreuses observations qui ont  pu être faites grâce aux résultats et observations donnés par les expérimentateurs de système G Pantone à la française (qu'ils soient remerciés de leur contribution apportée à l'enrichissement des données acquises depuis 5 ans), il reste encore beaucoup de questions...

 

A force de se pencher sur les questions on finira bien par tomber dans les réponses !

Jean Soarès


Après cet aperçu, il est recommandé de prendre connaissance du dossier sur notre site de base, sans oublier les pages de conseils pratiques donnés par Michel David et bien entendu des réalisations que de sympathiques expérimentateurs nous font parvenir

plus de 127 au 06 février 2006.

 

16 mars 2006

L'ami Bruno (que nous remercions vivement) nous transmet souvent ses moissons d'informations intéressantes. Dernièrement,  il a  trouvé ceci :

C'est un complément qui peut donner un éclairage supplémentaire à ceux qui ont trouvé matière à réflexion dans cette page.