ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Les Nouvelles de Quant'Homme - Page créée le 27/01/2005  et accessible aussi par www.quanthomme.com

 

Pompe Hydrosonique de Griggs

Voici ce que nous avions pu donner comme informations sur ce sujet au 10 août 1999.

Griggs est ingénieur électricien, conseiller en énergie. C’est en effectuant une vérification de routine qu’il remarqua que des tuyaux d’eau allant à une chaudière étaient anormalement chauds. La compagnie expliquait cela par l’effet de coups de bélier ou cavitation bruyante. Les bulles formées par des chutes de pression dans une partie de la tuyauterie s’effondrent en allant dans des zones de pression supérieure ce qui crée des ondes de choc qui cognent dans les tuyaux et les percent.

Griggs, qui avait alors quinze ans d’expérience voulut transformer en avantage ce qui n’était qu’un problème. Il s’est demandé si les ondes de choc ne pouvaient pas chauffer l’eau. A sa grande surprise, il s’est aperçu que son appareil de chauffage produisait plus d’énergie que celle nécessaire à la création des ondes de choc dans l’eau. Les théoriciens aimeraient trouver la solution à ce mystère, mais les consommateurs eux, désirent simplement résoudre leurs problèmes concrets. Et c’est ce que souhaite faire Griggs.

Après des essais réussis dans des usines, il a fondé en 1990, Hydrodynamics Incorporated . Au début les ventes étaient faibles, mais Griggs continuait ses expériences, fabriquant plus de 700 modèles de rotors. Trois ans plus tard, il prenait un associé avec qui il a investi plus d’un millions de dollars sur ce projet.

Des scientifiques intéressés par la nouvelle énergie sont intrigués et fascinés par la pompe de Griggs qui, rappelons-le produit de l’eau chaude et de la vapeur à partir d’ondes de choc mécaniques et non d’un procédé de combustion. Mais la communauté scientifique orthodoxe est sceptique ou méprisante. Les très nombreux ingénieurs qui ont effectué des tests n’ont pourtant pas pu nier la production de chaleur et de vapeur, ce qui ne les empêche pas de dire que Griggs a fait des erreurs de calcul.

En 1992, une caserne de pompiers d’Albany en Georgie a acheté une pompe. En 1996, elle fonctionnait toujours et continuait de produire un excédent d’énergie. En 1993, " Popular Science " ayant parlé de Fusion Froide, Griggs pensa que la science pourrait expliquer ses résultats. Grâce à des conférences aux USA, en Russie et à des chercheurs en Fusion Froide, il apprit que la vapeur bleue souvent rejetée par sa pompe ressemblait bien à un effet obtenu en sonoluminescence.

Il semble qu’un nouvel intérêt se fasse jour. Les départements d’ingénierie civile à l’Institut de technologie de Georgie étudient la pompe pour trouver l’origine de cet excès d’énergie. Les services de Georgia Power ont montré la pompe dans leur centre de développement de nouvelles technologies à Atlanta.

La société de Griggs s’est associée à une autre, en Floride afin d’adapter la pompe au chauffage d’huile synthétique à la place de l’eau. Un tel appareil éliminerait le danger d’incendie présent dans les chaudières à gaz ou électriques puisque la pompe hydrosonique de Griggs n’utilise pas de combustible. On peut aussi l’adapter à d’autres usages, de la pasteurisation du lait au programme spatial en passant par le contrôle de la pollution.

Au symposium du 20/01/1996 sur la Fusion Froide, Griggs a fait un rapport sur les derniers développements des toutes nouvelles versions des Pompes Hydrosoniques dont il existe déjà douze exemplaires en fonctionnement avec des coefficients de performance de 130 à 150 %. Griggs a signé récemment avec la NASA à Huntsville un accord de recherche bilatéral comprenant des mesures indépendantes de l’efficacité de sa Pompe.

La pompe hydrosonique de Griggs a un rotor cylindrique qui s’emboîte parfaitement dans un logement en acier. Quand le rotor tourne, l’eau est contrainte de passer dans le mince espace entre le rotor et le carter. Le rotor est conçu pour créer une turbulence dans l’espace voisin ce qui chauffe l’eau et crée ainsi de la vapeur.

Un test pratiqué par un expert en 1988 a révélé un résultant surprenant de sur unité de 10 à 30 %. De plus, la pompe élimine tout colmatage. Griggs a aussi remarqué, effet inhabituel, qu’il se produit une fusion à peine discernable sur l’extérieur du rotor, fusion qui nécessiterait des températures de l’ordre de 1200°F, bien supérieures à celles produites par de la vapeur sous haute pression. Les minuscules morceaux de matière fondue se ressoudent eux-mêmes au rotor (pour cela il faudrait des températures d’environ 4000°F). Dans la pompe hydrosonique de Griggs, ce n’est donc pas un simple effet de coup de bélier qui est à l’œuvre.

 

Un de nos lecteurs nous ayant indiqué d'autres sites, voici un complément d'informations sur cette pompe hydronosonique, un appareil qui n'en est pas resté au stade de la théorie et des schémas virtuels, mais existe très concrètement.

 

Première page du brevet de Griggs

Ce brevet n'est pas le seul, Griggs en a déposé trois autres par la suite.

 

Voici comment sont définis ces "appareils de chauffage de fluides"  :

Les appareils utilisent un rotor cylindrique dont les surfaces possèdent des irrégularités spécifiques. Le rotor est monté sur un arbre qui est entraîné par une source d'énergie extérieure. Le fluide injecté dans l'appareil est soumis à un mouvement entre le rotor et le carter de l'appareil et en sort lorsque la pression et / ou la température est augmentée.

Sur le plan thermodynamique l'appareil est très efficace en dépit de la simplicité mécanique du rotor et des autres composants.

Les pompes de Griggs peuvent aussi bien avoir une utilisation domestique qu'industrielles (industrie du papier, chimique, pétrolières etc.)  : elles fournissent des sources simples, fiables et efficaces d'eau chaude.

 

La société Hydrodynamics Inc à Rome en Georgie a bénéficié de l'aide technique du centre de Vol Spatial Marshall au sujet des problèmes dus aux paliers qui ne supportaient pas les hautes températures. Le Centre Marshall a donné certaines solutions à la société qui a pu ainsi commercialiser la Pompe Hydronosique.

Le laboratoire National Américain de Los Alamos a pu vérifier que la pompe hydrosonique de Griggs fournissait un excès de chaleur.

Le Pr Keizios du département d'Ingénierie Mécanique de l'Institut Technique de Georgie ex président de la Société américaine d'ingénieurs en mécanique a supervisé les mesures de Griggs et a trouvé ses méthodes correctes. Il a constaté que sa pompe pouvait atteindre une efficacité de 157 à 68 % 

La pompe hydronosique de Griggs a été installée en l'espace de deux ans dans des industries, dans une caserne de pompiers, une école et chez des particuliers.

Elle a des avantages évidents par rapport aux autres procédés pour chauffer de l'eau, et en premier lieu l'absence de flamme.

 

Les trous du rotor produisent des bulles microscopiques qui empêchent la formation du tartre.

Lorsque la pompe produit de la vapeur, l'énergie produite dépasse de 30 % celle qui est fournie par le moteur. Cependant les publicités de la société ne mettent pas l'accent sur cette sur unité, elles se contentent d'annonce une efficacité de 100 % (énergie mécanique en thermique).

Cette énergie excédentaire est reliée à la vitesse du rotor, plus elle est grande, plus le % augmente et peut même atteindre 60 %

Des explications ?

- La plus grande partie de la chaleur est obtenue de manière classique par agitation moléculaire mécanique, grâce aux frictions du courant forcé, et à l'impact direct de l'onde de choc qui se produit dans le cylindre.

- la quantité de chaleur excédentaire proviendrait de la sonoluminescence, la turbulence excessivement forte qui est induite par l'agitation mécanique particulière produit en même temps la cavitation et des micro bulles de gaz. Elles sont envahies par les ondes de choc puissantes qui se produisent quand les cavités du rotor passent en rasant les rayures du stator, et elles s'effondrent alors en libérant beaucoup d'énergie.

Il est raisonnable d'émettre l'hypothèse suivante, un très petit pourcentage d'atomes correspondants probablement à ceux du deutérium (isotope naturel de l'hydrogène) qui se trouve naturellement présent dans l'eau (surtout de mer) finit par exploser en libérant de la chaleur

 

Sites à consulter, comprenant d'autres photos et schémas

 

http://www.htes.com/hydrosonicmain.htm

un des sites de la société

Brevet nº US 5188090

http://www.sti.nasa.gov/tto/spinoff2000/ip3.htm

http://www.xmx.it/pompaidrosonica.htm

http://homepages.strath.ac.uk/~clcs09/projects/pwpump.htm

En 2000, une école anglaised'ingénieurs en mécanique  a proposé la construction d'une telle pompe aux étudiants.