ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche
Les Nouvelles de Quant'Homme - Page créée le 30/11/2004 et accessible aussi par www.quanthomme.com

30 novembre 2004

Fusion Froide

ou Science Nucléaire de la Matière Condensée

 

Des échos du dernier congrès mondial sur la Fusion Froide qui s’est tenu à Marseille du 31 octobre 2004 au 5 novembre 2004.

 

Rappelons que ICCF est le plus grand congrès mondial consacré exclusivement à la Fusion Froide ou Science Nucléaire de la Matière Condensée. Les ICCF se tiennent tous les 12 à 14 mois, accueillis à tour de rôle par l’Amérique du Nord, l’Europe et l’Asie.

Lors du dernier congrès ICCF11, des scientifiques venant de 21 pays et 5 continents étaient présents autour des organisateurs Jean Paul Biberian, Président - CRMCN-CNRS, Université de Marseille-Luminy, et Vittorio Violante, vice président - ENEA Frascati, Italie. entourés de plusieurs conseillers Italiens : Tullio Bressani, Francesco Celani, Antonella De Ninno, Francesco Scaramuzzi ; Japonais : Yasuhiro Iwamura , Ken-ichiro Ota, Akito Takahashi ;  Américains : Peter Hagelstein, Michael McKubre, George Miley, Edmund Storms ; Chinois Xing Zhong Li ; Russes : Andrei Lipson, Nikolai Samsonenko ; Indiens : Mahadeva Srinavasan

 

 

Au centre le Pr Jean-Paul Bibérian

 

Le Professeur Brian Josephson du Laboratoire Cavendish de Cambridge (UK)  lauréat du prix Nobel pour ses travaux sur  la commutation électronique dans la semi conduction ou ‘’effet Josephson’’ a fait une courte allocution lors de la rencontre ouverte au public à l’Université puis a parlé, lors de la clôture du congrès, du rôle de l’autorité dans le processus scientifique.

Le 30 juin 2004 au 54 ème congrès des prix Nobel à Lindau, en Allemagne il avait donné une remarquable conférence dans laquelle il a montré le ridicule des attaques subies par la Fusion Froide, comparant la situation du rejet initial à ce qui s'était passé pour la proposition d’Alfred Wegener concernant la dérive des continents.

Des échos dans la presse locale :

 La Provence du 4 novembre 2004-

La Marseillaise d’octobre 2004 

MarseillePlus du 26 octobre 200

 

 

 

Jean-Louis Naudin était présent à ICCF1.

Le voici en compagnie de l’équipe de chercheurs italiens et de M Mizuno

 

Mais pourquoi la Fusion Froide a-t-elle été aussi mal traitée depuis 15 ans ?

Les avancées faites depuis 15 ans permettent d’envisager que 2005 sera une année féconde pour la Fusion Froide qui sortira du ghetto où trop de scientifiques l’ont volontairement laissée depuis 1989.

Mais pourquoi la majorité des scientifiques a-t-elle contraint les chercheurs en Fusion Froide à travailler quasiment comme des clandestins dans des labos privés ou en y consacrant leur temps et leurs revenus de retraités ? Si les scientifiques / chercheurs / défricheurs de ce champ passionnant de la physique avaient eu dès le début (1989) le soutien de leurs pairs, imaginons un peu les progrès qui auraient pu être faits et à quel stade nous en serions aujourd’hui, en 2004 ?

Il n’y a bien que les humains qui scient la branche sur laquelle ils sont assis ! Difficile de comprendre le cheminement mental humain qui fait que des innovations sortant des sentiers battus sont rejetées aussi violemment, alors qu’elles ne présentent pas les mêmes risques que les technologies utilisées actuellement et permettraient de surcroît à l’humanité de sortir du bourbier où elle est enfoncée, en laissant un espoir de vie aux générations futures !

Est-ce se ridiculiser (passer pour un gogo) que d’accepter de se pencher avec toute  l’honnêteté et le sérieux requis sur des domaines de la science qui paraissent utopiques parce qu'encore incompris ?  

Il semble bien que nombreux sont ceux qui raisonnent ainsi : pourquoi faire simple (Fusion Froide) quand on peut faire compliqué  (Fusion Chaude) ?

S’il en avait été autrement, nous aurions peut-être des générateurs fonctionnant à la Fusion Froide  ?

 

Tous responsables …et toujours pas coupables.

 

Nous empruntons cet extrait à Nicolas Hulot dans ‘’Le syndrome du Titanic’’

 ‘’…L’heure n’est plus aux demi-mesures et l’iceberg se rapproche dangereusement. Qu’est-ce qui empêche ce passage des mots aux actes ?

On aura peut-être du mal à le croire, mais les faits sont là : certains obstacles ont été mis en place par le monde scientifique lui-même…dix ans après l’appel d’Heidelberg …lorsque certaines attaques de la communauté scientifique refont surface, il n’est pas difficile de repérer derrière elles l’influence des lobbies industriels et le poids de ce que l’on appelle la recherche appliquée....

Le passif du bilan est donc lourd :

- hyperréactivité de l’opinion, pour ne pas dire volatilité  - l’opinion réclame des changements pour peu qu’elle n’en paie pas le tribut

- impuissance des politiques – impuissance encore accrue en France par l’accroissement de la dette publique qui restreint les marges de manœuvres.

- pouvoir illusoire, donc redoutable des médias – plus d’hyperréactivité que de réflexion, des titres venant semer le trouble du type ‘’La planète est-elle vraiment malade’’ de S&V alors qu’à ce sujet la  communauté scientifique a maintenant des certitudes

- Et face à tout cela l’inertie de l’administration que les hommes politiques ne cessent de déplorer en  privé tout en avouant leur incapacité à la faire bouger.

Ajoutons la puissance de lobbies actifs jusqu’au cœur des cabinets ministériels et les clivages politiques qui interdisent tout consensus, et la réponse à la question posée devient tristement évidente : la marge de manœuvre d’un homme politique est proche de zéro.’’

 Quelques exemples (parmi d’autres) de réduction de marge de manœuvre:

 En France, le Pr Jean-Pierre Vigier, tenace et prolifique a mené ses propres expériences et a parfois constaté combien elles gênaient. Par exemple lorsque, en collaboration avec le CESTA de Bordeaux et pour le CEA, la réussite fut au rendez-vous, c'est le ministre de la défense d'alors, Pierre Joxe qui les fit interrompre. En parlant des travaux de Sverdlosk en Russie, le Pr Vigier dit " ...la marmite à Fusion Froide de Sverdlosk, c'est la ruine du monopole des grandes puissances sur l'énergie..."

 Cette intervention est à rapprocher de ce qui s’est passé au MIT lorsque Eugène Mallove en a démissionné. En effet il avait eu le courage et l’honnêteté de démissionner du MIT lorsqu’il a vu, en 1989 que les données des tests relatifs à la réplication de l’expérimentation de Pons et Fleischman étaient manipulées pour discréditer la Fusion Froide.

Juste deux mots sur Eugnène Mallove : ‘’Gene Mallove était unique, on ne peut le remplacer ‘’ dit Bill Zebuhr, président des dirigeants de NEF fondée par Mallove et que ses actuels responsables comptent bien continuer à faire vivre. New Energy technology s’est donnée pour mission de faire du monde un lieu meilleur et plus sain pour tous les êtres vivants et les générations futures en fournissant des informations et des connaissances sur la R&D dans le domaine de la recherche et la technologie d’énergie  nouvelle et douce Et en ce moment NET s’est focalisées sur la Fusion Froide.

 Les Pr Longchampt et Bibérian ont dénoncé les articles fallacieux publiés par des revues scientifiques affirmant que la Fusion Froide  ne ‘’marchait’’ pas alors que le dernier ICCF tenu au Japon avait présenté des résultats tout à fait positifs.

 En cherchant bien les exemples seraient nombreux…

 Et malgré 15 années d’embûches et freins de toutes sortes, avec peu de moyens (en tout cas pas ceux consacrés à la Fusion chaude) et confrontés à l’hostilité générale scientifique, politique et médiatique (le Pr Bibérian lui-même étant l’objet de propos le discréditant)  des scientifiques courageux et tenaces ont réalisé des progrès impressionnants qui font qu’à ce jour ne se pose même plus la question de savoir si la Fusion Froide est réelle ou même si elle fonctionne.

Aujourd’hui, la compréhension est meilleure et on en est maintenant aux comment et pourquoi ‘’ça marche ‘’

Ces scientifiques ‘’de l’ombre’’ ont travaillé avec assiduité sur la Fusion Froide et souhaitent avoir la reconnaissance de leurs travaux : les réactions nucléaires à basse énergie représentent un domaine d’étude scientifique légitime

 Reste à utiliser la Fusion Froide à une échelle qui permettra de fournir l’électricité et la chaleur nécessaires à notre civilisation.

  

La ‘’percée’’ de la Fusion Froide est vraiment d’actualité.

 

Un nouveau livre (en anglais) vient d’être publié.

 

La Fusion Froide : une science, un espoir, une énergie bien réels.

 

Il informe le grand public sur le sens de ce nouveau domaine de la recherche sur l’énergie. Le livre montre comment le politique et le social ont échoué à soutenir une objectivité scientifique qui a eu pour résultat un rejet prématuré.

  

 Que demandent les représentants de la communauté Fusion Froide aux USA (selon Mc Kubre):

 Que le Ministère de l’énergie (DoE) fasse un examen des progrès effectués dans la recherche en Fusion Froide depuis 1989

Que le Doe lui prête à l’avenir l’attention qu’elle mérite

Que le bilan global soit transparent et rendu public

Que le DoE s’implique dans le processus.

Les réponses du DoE

 Notre attention : c’est pour bientôt

Nous ne souhaitons ni la transparence ni la communication des résultats des rapporteurs u public

Nous pensons seulement produire une phrase ou deux résumant l’ensemble des conclusions des rapports, et cela rapidement

 Le Ministère de l’Energie (le même qui, en novembre 1989, avait dit que la preuve sous-tendant la Fusion Froide n’était pas convaincante) avait été saisi d’une demande du député James Decker qui dirige le bureau scientifique.  L’initiative revient aussi à Spencer Abraham, de faire le point sur la Fusion Froide. On trouve sur le site de NET une page dédiée à cette publication et les noms de 11 rapporteurs sur les 18 chargés de ce bilan. Et parmi eux

 

De gauche à droite

Randall J. Hekman (Hekman Industries, LLC, Grand Rapids, MI), Michael C. H. McKubre (SRI International, Menlo Park, CA),

Peter L. Hagelstein (Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, MA), 

David J. Nagel (The George Washington University, Washington DC).

 La tâche des rapporteurs n’a pas été facile car le Ministère a demandé de choisir seulement 6 papiers sur ce sujet alors qu’il y a plus de 3000 papiers sur la Fusion Froide.

 24 scientifiques ont reçu ces documents, la moitié d’entre eux ont soumis leurs rapports écrits fin août 2004 les autres ont été conviés à rencontrer les représentants du Ministère à Rockville (MD) et à écouter les présentations faites entre autres par  les Drs. Steven Jones, Vittorio Violante et le Pr Andrei Lipson. Le climat des échanges était honnête et sincère et les auditeurs/rapporteurs ont été invités à remettre leurs propres rapports sous quelques semaines.

 L’objet de ce bilan était seulement de savoir si la Fusion Froide représentait une science authentique. Si ce qui en ressort est positif des fonds fédéraux peuvent lui être alloués, cette seconde chance serait alors un formidable revirement.

 Le Ministère va-t-il prendre connaissance de la somme de connaissances qui soutiennent la Fusion Froide ? Des intérêts politiques pourraient-ils faire dérailler la reconnaissance tardive de ce champ d’étude scientifique ? Un tournant historique se produira-t-il ? Sinon la Fusion Froide poursuivrait sa marche pénible avec des finances de misère jusqu’à ce que la génération de pionniers ait disparu.

 Un changement est intervenu depuis les dernières élections américaines et il se trouve que Spencer Abraham a informé G.W. Bush de sa démission le 15 novembre 2004…Les noms avancés pour lui succéder sont ceux de  Kyle McSlarrow qui assure déjà le fonctionnement au quotidien du Ministère et qui plait bien aux législateurs et à l’équipe du Capitole ou bien Tom Kuhn, président de Edison Electric Institute trade group.

 

En 2004 les objections frappant la Fusion Froide sont réfutées

 En 1989, à tort ou à raison,  que reprochait-on à la Fusion Froide ?

 

- elle ne présentait pas les standards de reproductibilité

- la preuve habituelle relative aux réactions nucléaires (pas de neutrons et de rayons gamma)

- les techniques disponibles pour mesurer la chaleur excédentaire n’étaient pas fiables

- la compréhension théorique n’était pas complète.

 

Ces premières objections sont réfutées, de nouvelles et fascinantes découvertes ont eu lieu depuis 15 ans.

 Aujourd’hui, en 2004, de nombreux chercheurs disent que la Fusion Froide est :

 

-tout à fait reproductible : des scientifiques du monde entier ont réussi des centaines de fois avec différentes méthodes, bien évidemment une fois réunies les conditions convenables d’expérimentations – les raisons des échecs de reproductibilité du passé sont maintenant bien élucidées

- des produits nucléaires sont libérés – les réactions émettent aussi des alpha et des protons, on note la production de tritium - leur absence supposée avait attisé des critiques visant à rejeter les pionniers de la Fusion Froide en faisant passer leurs résultats pour de l’illusion

- les quantités de chaleur sont bien supérieures à ce que fournirait une quelconque réaction chimique, ces effets ayant été observés avec des méthodes variées On a montré que l était le premier produit nucléaire de la réaction et sa quantité est proportionnelle à la chaleur produite

selon D + D -> 4He + 23.8 MeV (heat)

Clichés aimablement mis à disposition de JLN par leurs auteurs

 

En Italie Domenico Cirillo, Alessandro Dattilo, Vincenzo Lorio réalisent la transmutation de métal à basse énergie dans un plasma confiné dans de l’eau.

 

Et ils ont obtenu ……….. de l’or !!!

 

 

 

 

 

Que nous dit T Mizuno ?

 La décomposition directe de l’eau est difficile à faire dans les conditions normales. En général on peut obtenir de l’hydrogène par réaction d’électrolyse et pyrolyse à haute température, celle-ci pouvant atteindre les 3700 ° C. Cependant nous avons déjà fait des rapports sur la production de chaleur anormale pendant l’électrolyse du plasma, le procédé étant plutôt facile à condition simultanée sous haute température et électrolyse. Ici, nous pouvons montrer la quantité anormale d’hydrogène et oxygène produits pendant l’électrolyse de plasma. Cette production d’hydrogène supérieure à celle prévue par la loi de Faraday  s’observe de manière continue quand les conditions de température, de densité de courant, de voltage d’entrée et de surface d’électrode sont correctes. Cette production non Faradienne’’ d’hydrogène est parfois 80 fois plus élevée que lors d’une électrolyse classique.

 

 En guise de conclusion

 

Voici un extrait des propos de Jean-Paul Bibérian recueillis par Eric Bony,  article paru dans Science Frontière n° 41 mai 99. La lecture de la totalité de cet excellent article est vivement recommandée.

 E. Bony : Très concrètement, quelles pourraient être les conséquences, si l'on arrivait à maîtriser la Fusion Froide ?

 Pr J-P Bibérian :

Oh, je n'ose pas vous le dire !

Si on arrive à maîtriser la fusion froide, on modifie complètement les paramètres géopolitiques de la planète entière.

On pourrait avoir de l'énergie, en quantité illimitée, n'importe où sur la planète. On pourrait faire des voitures qui fonctionneraient à l'électricité produite par la fusion froide par exemple. En plus on s'est aperçu qu'au cours des réactions de la fusion froide, il y a des produits de réaction qui se produisent : un gaz inoffensif, l'hélium, mais aussi et surtout, des transmutations nucléaires. C'est-à-dire qu'on a l'équivalent de la Pierre Philosophale des alchimistes : à basse énergie, de manière assez simple, on serait capable de faire des transmutations nucléaires dans des matériaux. C'est quelque chose d'extrêmement important. On pourrait faire de l'or, ou détruire les déchets nucléaires qui nous gênent. Il y a des gens qui travaillent là-dessus aujourd'hui.

Fusion Froide en 2005 :

…tous les espoirs sont permis !

 

Pour ‘’réviser’’ (liens vers une page résumé de ce qui est passé sur notre site) et surtout aller plus loin

http://jlnlabs.imars.com/cfr/mizuno/index.htm

http://jlnlabs.imars.com/cfr/lorio/index.htm

http://jlnlabs.imars.com/cfr/

http://www.iccf11.org

http://www.iscmns.org/

http://www.newenergytimes.com/

http://membres.lycos.fr/grainedescience/sommaire.htm

http://www.newenergytimes.com/doe/McKubreDOEReview.html

http://www.tcm.phy.cam.ac.uk/~bdj10/

http://www.freeenergynews.com/Directory/index.html

 Un rappel : quand vous souhaitez avoir des informations sur un chercheur par exemple, pensez à utiliser le moteur de recherche interne figurant sur notre page d’accueil. Si vous n’avez pas de réponse, il vous faut alors utiliser un moteur de recherche du type Google.