ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles Retour à la page systèmes Pantone et Gillier-Pantone Accès au moteur de recherche

DOSSIER PANTONE : LES PAGES DE MICHEL DAVID

 

PAGE 7

LA FACON LA PLUS SIMPLE D'INSTALLER UN REACTEUR PANTONE SUR LES MOTEURS A ESSENCE OU DIESEL.

Page créée le 10/05/2001



Retour au menu M.David

 

Un agriculteur de ma région, a imaginé et installé sur trois tracteurs, cette variante très simple et performante. Cette façon de procéder, est un compromis intéressant par rapport au montage habituel, à cause de sa simplicité de réalisation. Ainsi, au lieu de chercher à faire passer dans le réacteur simultanément , le carburant volatilisé et éventuellement de l'eau également volatilisée, on ne fait passer que l'eau volatilisée et on alimente normalement le moteur avec son dispositif habituel, ( carburation ou injection ) sans modification de l'installation. De ce fait, l'apport de gaz combustible issu du réacteur et provenant de la probable décomposition de l'eau seule, dope le moteur et améliore la combustion du carburant introduit conventionnellement dans le moteur, qu'il soit du type " Diesel " ou à explosion. Dans le cas du Diesel, le moteur fonctionnera plutôt en moteur à explosion qu'en moteur à combustion, et celle ci sera déclenchée par l'arrivée du carburant issu des injecteurs. On constate que l'apport de gaz provenant de la décomposition de l'eau, apporte un supplément de puissance important produite par le moteur, ce qui se traduit par une importante baisse de la consommation de son carburant traditionnel et une meilleure combustion de celui ci prouvée par une baisse considérable de la pollution. L'économie observée semble osciller allègrement autour de 25% pour deux des tracteurs diesel de ce cultivateur, et s'est avérée beaucoup plus importante sur un troisième en très mauvais état qui a ainsi retrouvé une nouvelle jeunesse. Dans tous les cas, une fois arrivés à température normale les moteurs de ces tracteurs ne produisent plus aucune fumée ou odeur. En ce qui me concerne, il me reste à éclaircir un point au sujet de la combustion de l'eau par un moteur équipé de réacteur PANTONE. Le réacteur décompose - t - il réellement celle ci en H et O, ou celui ci produit - il seulement de la vapeur sèche haute température, qui se décompose dans le cylindre au contact de l'importante température due à la combustion du carburant ? Ceci reste encore à vérifier



DESCRIPTION DE CETTE INSTALLATION SIMPLIFIEE FAITE SUR LES TRACTEURS.

NOTA : rien n'a été changé sur le moteur au niveau de la commande des gaz, c'est à dire de la pompe à injection.

Dans cette version simplifiée où seule de l'eau est volatilisée et aspirée à travers le réacteur, on ne met donc dans le bulleur que de l'eau. Il convient de faire en sorte que cette eau soit à une température la plus élevée possible, sans entrer en ébullition, pour être volatilisée facilement par les bulles d'air qui la traversent. Une température plafonnée vers 90 ° convient parfaitement. Le mieux, serait de concevoir un bulleur à température constante avec une vanne thermostatique, comme décrit dans ma page2, régulant le passage des gaz d'échappement dans un serpentin ou plus facilement dans un double fond (voir dessins). On peut imaginer d'utiliser l'eau de refroidissement du moteur pour maintenir le bulleur à température (en utilisant le double fond), à la place des gaz d'échappement, ce qui permet de ne pas avoir de problème de régulation, puisque cette eau est environ à 90°. Mais si on utilise cette solution la montée en température sera plus longue qu'avec les gaz d'échappement. Dans ce cas faites le branchement au plus près de la culasse avant le calorstat.





Il faut prévoir une alimentation pour un maintien automatique du niveau d'eau dans le bulleur en adaptant une cuve à niveau constant, comme sur un carburateur. Sur un véhicule où on ne peut installer un réservoir d'eau plus haut que le bulleur, il est possible d'alimenter le bulleur avec une petite pompe d'essuie - glace commandée par un flotteur à contact disposé dans un petit réservoir en communication avec le dit bulleur (flotteur à contact comme on en trouve dans les réservoir de maître cylindre de frein).
Il n'est pas nécessaire d'avoir un bulleur de grande contenance s'il est alimenté en permanence, un volume de 2 litres avec seulement ½ litre d'eau, suffit amplement. Personnellement, j'envisage de faire l'essai de remplacer le bulleur par un petit carburateur, mais le temps me manque pour faire sérieusement cette expérience. Si cette solution fonctionnait, l'affaire deviendrait encore plus simple.Malgré la grande simplicité du montage fait par cet ami cultivateur, en conservant l'idée de ne passer que de l'eau dans le réacteur, il faut tout de même améliorer cette variante en faisant en sorte que certaines conditions soient respectées, ainsi :

Pour son plus gros tracteur, ce cultivateur, a installé plusieurs tubes réacteur en parallèle (sept), à l'intérieur de l'enveloppe où passent les gaz d'échappement.

NOTA : le tube ou l'enveloppe qui contient le ou les tubes réacteur ainsi que les entrées et sorties des gaz d'échappement doivent être d'une dimension suffisante, de façon à ne pas trop freiner les dits gaz, ce qui entraînerait également le freinage du moteur.

Je pense qu'il faut limiter au plus juste le nombre de ces tubes pour ne pas abaisser trop la température de fonctionnement du dispositif, surtout à bas régime du moteur. Tout cela relève donc de l'expérimentation

M.DAVID

Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8
Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16

Menu Sommaire Accueil

 www.quanthomme.com et www.quanthomme.org