ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles Retour à la page systèmes Pantone et Gillier-Pantone Accès au moteur de recherche

DOSSIER PANTONE : LES PAGES DE MICHEL DAVID

 

PAGE 3

LA CONSTRUCTION DU REACTEUR GEET PANTONE

Page créée le 20 février 2001


Retour au menu M.David

 

Beaucoup de ceux qui expérimentent le système GEET PANTONE, ont des difficultés dans leur réalisation, notamment au niveau de la construction du réacteur lui-même.

Ils butent sur des problèmes relativement simples. Afin qu’ils ne se noient pas dans une goutte d’eau, voici quelques explications et détails sur la fabrication de ce réacteur.

Les plans du réacteur passés sur le site Quanthomme et sur celui de J.L.Naudin sont conçus pour que chacun rencontre le moins possible de difficultés dans l’approvisionnement des différents composants.

Toutefois, beaucoup ne parviennent pas à trouver certains d’entre eux, notamment la tige d’acier de ½ pouce de diamètre (environ 13 mm).

Sachez que pour votre première expérimentation, le respect de toutes les cotes n’est pas impératif et le moyen d’assemblage non plus.



Je vous propose donc une autre façon de fabriquer votre réacteur.

Ce qui compte, c’est de trouver un tube de fer capable de recevoir à l’intérieur une tige d’acier d’un diamètre tel qu’il ne reste pas plus de 2mm au maximum entre elle et l’intérieur du tube, mais si vous mettez 1 mm d’espace c’est plutôt mieux. La longueur de la tige compte évidemment, si vous avez un grand espace la longueur de la tige sera plutôt grande soit environ 35 cm, si vous avez un petit espace 20 cm de longueur peuvent suffire. A titre d’indication, mon dernier montage pour un moteur de 144 cm3 comporte un tube de diamètre intérieur 10 mm et une tige de8mm, longueur 16 cm.

Commencez par trouver la tige et le tube qui lui convient, après vous pouvez choisir les autres éléments. Ainsi le tube de fer qui entoure le tube réacteur doit avoir un diamètre intérieur suffisant pour que les gaz d’échappement ne soient pas trop freinés, si le moteur a une grosse cylindrée, en tenir compte.



ASSEMBLAGE DES PIECES.

Toutes les pièces peuvent être assemblées par brasure, soudure à l’arc ou au chalumeau.

Eviter les brasures à l’argent ou au brox sur tout ce qui canalise les gaz d’échappement, ces parties risquent de ne pas supporter la chaleur et les vibrations du moteur (voir dessins).

Toutes les soudures des parties concernant les zones où circulent les gaz d’échappement, seront de préférence étanches, mais quelques malencontreuses fuites n’empêcheraient pas le réacteur de fonctionner.

Les raccords aux extrémités du tube réacteur seront brasés à l’argent. Ce seront des raccords laiton du genre à collet battus ou à cône utilisés en plomberie. Si les collets battus sont de bonne qualité, inutile de prévoir de rondelles d’étanchéité. Assurez-vous, avant de souder le raccord côté entrée du réacteur, que vous pourrez y faire passer la tige réacteur, voir dessin.

La tuyauterie entre l’entrée du réacteur et le bulleur n’est pas obligatoirement en métal, un tuyau caoutchouc peu convenir, puisque la température des vapeurs sortant du bulleur n'est pas très élevée. Par contre, la tuyauterie de la sortie du bulleur au moteur est nécessairement en métal à cause de la température élevée des gaz GEET, le cuivre convient parfaitement.



AU SUJET DU MOYEN UTILISE POUR CENTRER LA TIGE REACTEUR.

Tout moyen peut être utilisé pour centrer la tige réacteur à l’intérieur du tube du même nom, selon votre imagination et votre outillage.

Vous pouvez percer trois trous à 120° ety enfoncer en force de petits morceaux de pointe limés à la bonne longueur,voir dessin.





Vous pouvez aussi, faire des bossages à la soudure à l’arc, et les limer pour les réduire au mieux, voir dessin.





Vous pouvez encore, mater les bouts de la tige à chaud, et les limer jusqu’à obtenir les tétons souhaités, voir dessin.





Vous pouvez imaginer d’autres moyens,pourvu que votre tige soit le mieux centrée possible et que les tétons ne s’usent pas avec les éventuelles vibrations de l’ensemble, et que vous puissiez aussi la retirer et la remettre facilement.

Pendant que vous avez la lime à la main,creusez un sillon entre chaque téton pour rétablir la surface de passage des gaz un peu réduite par ceux ci, voir dessin.



AU SUJET DE LA MAGNETISATION DE LA TIGE REACTEUR.

Certains semblent attacher beaucoup d’importance à cette affaire et se plaignent du faible magnétisme de la tige réacteur même après un fonctionnement prolongé.

Sachez tout d’abord, que tous matériaux ferreux, qui ne sont pas de l’acier trempé ou des matériaux destinés à faire des aimants, ne conservent qu’un magnétisme ridicule après avoir été soumis à un champ magnétique même très important. Donc les tiges réacteur en acier doux (dit fer) ou même en STUB (acier dur non trempé), ne présentent qu’une faible rémanence vérifiable avec une boussole. Si vous avez utilisé du fer à très faible teneur en carbone, comme celui de votre portail, le magnétisme rémanent sera à peine décelable même si le réacteur l’a soumis à un magnétisme élevé pendant le fonctionnement. Cela n’a pas empêché le réacteur de fonctionner.

Toutefois il ne faut pas, pour l’instant,attacher une trop grande importance à cette histoire de magnétisme. Selon mon point de vue, ce n’est pas le magnétisme de la tige, qui produit le phénomène dans le réacteur, mais il est la conséquence de celui ci, un peu aussi comme la couleur de la dite tige après un fonctionnement prolongé. Ces choses peuvent malgré tout aider à comprendre ce qui se passe dans le réacteur. Je vous donnerai mon point de vue, à ce sujet, dans quelques temps.



Page 1 Page 2 Page 3 Page 4 Page 5 Page 6 Page 7 Page 8
Page 9 Page 10 Page 11 Page 12 Page 13 Page 14 Page 15 Page 16

Menu Sommaire Accueil