ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

LA MACHINE DE NEWMAN par Jean-Louis NAUDIN et Michel DAVID
 

4.1 Commentaires

 

du 18/06/1998


Retour au sommaire

 

Si vous faites tourner le moteur à la main, la durée de l’impulsion sera changée, ainsi, l’effet de couplage entre ’’l’Energie Magnétomotrice’’ (l’énergie magnétique REELLE stockée dans la bobine et l’énergie magnétique supplémentaire produite par la rotation de l’aimant) et le Courant venant de la source de l’impulsion changera aussi.
C’est ainsi que l’effet principal de sur unité peut disparaître.
C’est pourquoi il est nécessaire de se servir de l’effet de volant ‘’volant de masse’’ dans le rotor pour conserver une vitesse constante et de cette façon le couplage de transfert d’énergie.
N’oubliez pas que la constante de temps de la bobine (L/R) ne peut être changée, ainsi la machine de Newman a son propre mode de travail en résonance. A chaque changement de vitesse de rotation, la durée de l’impulsion doit être adaptée à L’IMPULSION DE COUPURE AU COURANT ZERO.
Autre point, la courbe de courant mesurée sur la résistance de 100 ohms sur la bobine est le FLUX DE COURANT APPARENT qui s’échappe de la bobine. Ce n’est PAS le flux de courant REEL à L’INTERIEUR de la bobine de Newman.



Il y a deux sortes de flux de courant dans la bobine :

  1. le courant de charge principal pendant la montée de l’énergie magnétique (quand le potentiel est appliqué sur la bobine). La valeur est égale à I = Io (1- Exp (- (R/L) t ) où Io = (Voltage sur la bobine) / (Résistance de la bobine). Le courant atteint son maximum vers 5 Tau = 5 x L/R.
  2. Dans mon cas il est environ de 60 mS (avec le voltage constant sur la bobine).
    L’énergie magnétique dans la bobine contribue à produire la rotation de l’aimant dans la bobine.
  3. L’autre flux de courant est un courant magnétomoteur ; il est produit par le propre mouvement de l’aimant dans la bobine. Tandis que l’énergie magnétique est stockée dans la bobine, l’aimant bouge dans la bobine, ainsi, il accélère et produit un courant magnétomoteur qui contribue à faire CHUTER le courant mesuré à la sortie (le courant réel dans le schéma ci-dessus)

Pendant la montée de l’énergie magnétique dans la bobine, l’aimant en rotation est accéléré, ce qui crée une induction magnétomotrice dans la bobine. Pour un observateur à l’extérieur du référentiel de la bobine, le courant qui entre dans la bobine chute après un certain laps de temps (la courbe rouge du schéma ci-dessus) et passe à zéro.



Pour le REFERENTIEL DE LA BOBINE, il n’y a qu’un seul courant, c’est le courant qui monte (I qui grimpe à Io) et qui est maintenu pendant toute la durée de l’impulsion d’allumage (courbe orange dans le schéma ci-dessus). Et c’est pour cette raison que l’aimant peut tourner. L’aimant en rotation VOIT SEULEMENT UN SEUL COURANT dans son référentiel de temps .
Pourquoi cela ? parce que un cadre de temps en rotation n’a pas le même cadre de référentiel qu’un cadre à temps fixé (selon l’observateur du laboratoire)
J’espère avoir expliqué clairement mon cheminement de pensée actuel au sujet du principe de fonctionnement de la machine à énergie de Newman.
Mais je suis tout à fait d’accord pour dire avec vous : ‘’En théorie, il n’y a pas de différence entre la théorie et la pratique, mais, en pratique, il y en a’’.
C’est seulement grâce à des tests poussés et précis sur cet appareil (en mesurant le couple mécanique par rapport à l’entrée d’énergie électrique) que l’on prouvera si la théorie que j’ai exposée ci-dessus est vraie
Les tests se poursuivent et tous les commentaires sont les bienvenus.

 

Chapitre suivant:  4.2 Commentaires
Chapitre précédent:  4.0 Tests et réactions de JL Naudin:


Retour au sommaire



Retour à l'Accueil