ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

FUSION FROIDE ET PLASMAS : DES CHERCHEURS DANS LE DOMAINE DES PLASMAS

Page créée le 3 août 1999



Retour au Menu

Accès au moteur de recherche

 

ANTONOV EUGENE

Chef du Laboratoire de Physique des Plasmas 254098 KIEV
Tél : (380-44)-5500333 Fax : (380-44)5536652


Soutenu par la DVS, qui lui fournit documents et financement (30.000 DM en Mars 1994), le Dr Antonov travaille avec son équipe sur: la ‘’Conversion de la molécule d’eau pour obtenir une eau - combustible, dans des champs électriques de plasma non stationnaire.’’ Il souhaite vivement pouvoir coordonner une activité commune de développement d’un appareil produisant directement l’hydrogène à bord des voitures, gaz venant en complément du carburant principal. De tels systèmes (comme celui de Pöschl) peuvent remplacer les systèmes classiques à électrolyse par d’autres, chimiques, à plasma, bien plus efficaces, et inoffensifs pour l’environnement. Ceci peut être intéressant pour quelques constructeurs d’automobiles.

Le 25/11/95, il présente à Hanovre la conclusion principale de ses travaux : les impulsions de décharge doivent être très courtes de 50-100 mks, et les produits de la conversion de l’eau doivent être rapidement éloignés de la zone de réaction.

Antonov et son équipe, en partant de la décomposition effective de l’eau, avaient d’abord établi que les instabilités du plasma sont une gêne. Ils ont analysé des processus chimiques du plasma avec la participation des molécules d’eau et des particules neutres et en tenant compte du degré d’excitation vibratoire. Il est possible d’éviter cette influence négative par un choix spécifique d’impulsions de décharge dont les durées différentes en alternance offrent l’opportunité d’une excitation vibratoire effective des molécules d’eau.

Ils ont procédé à des recherches expérimentales sur différentes sortes de décharges à haute pression pour avoir un plasma constant. Ils ont pu le réaliser dans un volume de quelques centimètres cube ce qui suffit pour la décomposition de l’eau. Ensuite, leur travail quotidien a porté sur le plasma de vapeur d’eau atmosphérique.

Une de leurs voies de recherche associée aux procédures d’étalonnage nécessaires, est celle d’un diagnostic optique pour mesurer la densité de composition du plasma, au moyen de lignes spectrales appropriées et aussi la température du gaz par un rayonnement du radical OH. Une autre voie est l’augmentation de production de vapeur et aussi un système de mesure à pression atmosphérique. Après avoir modernisé l’alimentation en énergie pulsée, pour les recherches sous pression atmosphérique, l’équipe d’Antonov pouvait aller vers des systèmes plus complexes.

En 1996, le Dr Antonov et son équipe travaillait toujours sur les recherches atmosphériques de la conversion de la molécule d’eau, mais les subventions DVS ne suffisaient plus, compte tenu du coût de la vie qui augmentait de 150 à 200 dollars US par mois en Ukraine. Cette situation a obligé Antonov à travailler à mi-temps pour VOLNA qui a l’exclusivité, pour l’Ukraine, de la distribution des produits " Bristol-Myers Squibb " une firme pharmaceutique américaine. Le Dr Popovich a décidé lui, d’aller travailler au Comité Ukrainien sur les Energies.

En octobre 1996, il reste encore à résoudre des problèmes mathématiques d’informatique sur lesquels travaille Volodya Grevyannikov (les calculs mathématiques devaient être terminés en mai 1997). Il leur est également difficile de produire une constance dans l’espace de la décharge lors de la conversion de la molécule d’eau à la pression atmosphérique. 50 % du courant se trouvent consommés pour chauffer directement la molécule gazeuse.

En 1997, la recherche s’est poursuivie avec différentes sortes de décharges à haute tension, décharge corona, ou à étincelles, décharge pulsée ‘’glissante’’, décharge à faible courant dans un systèmewire cylinder, ainsi que quelques décharges quasi stationnaires. Contrairement à ce qu’ils attendaient des décharges à haute tension à pression atmosphérique, c’est une décharge périodique pulsée (100 CPS) qui s’est révélée être la meilleure. Elle permet de transférer la majeure partie de l’énergie fournie à la conversion de l’eau ce qui n’était pas le cas avec les autres sortes de décharges. Une décharge de haute fréquence pulsée (20-30kCPS, t=5-10 mks) n’est pas aussi efficace.

Pour empêcher à l’énergie d’être consommée en chaleur, une décharge à deux étages, dans un petit volume, similaire aux systèmes lasers puissants est utilisée. Antonov et son équipe doivent d’abord obtenir des données sur cette décharge qui a fait l’objet de recherches dans un autre milieu, mais dont ils ne connaissent pas les propriétés pour la vapeur d’eau. Ces données sont indispensables pour fabriquer l’appareil expérimental qui suivra ce principe. C’est une direction de recherche très prometteuse selon Antonov, mais elle ne pourra pas être réalisée dans son laboratoire (passé sous tutelle du Ministère de l’Energie).

En Avril 1997, le groupe de recherche composé de Vladimir Dresvyannikov et des techniciens était soutenu par la DVS (10.000 DM en 1997). Depuis, cette époque, nous n’avons plus d’autres renseignements.


AVRAMENKO RIMILI

Membre de l'Académie des Sciences Naturelles Russes

Alexander David Janz du journal Wetschernjaja Moskwa raconte: "Avramenko a sorti de son porte document une petite boîte en matière synthétique, il a actionné un interrupteur et on a bientôt entendu de légères explosions. Un mince éclair plasmatique est sorti de la boîte. Il a ensuite posé sur la petite ouverture d'où était sorti cet éclair une lame de rasoir. Après l'explosion suivante, il me fit sentir la chaleur de la lame dans laquelle on pouvait voir un tout petit trou."

Avramenko s'efforce de démontrer que des éclairs, des trombes ou d'autres effets naturels similaires (il y en a aussi en laboratoire) ont leur origine dans une accumulation énorme d'ondes électroniques fortement concentrées au-dessus de la surface de la Terre. Si un déchargement de ce potentiel d'ondes survient, un éclair apparaît et en général, on entend tonner.

Avramenko, se basant sur les travaux connus de Tesla, estime que notre environnement ne contient pas seulement des photons fossiles (relikphotonen) mais également des ondes électroniques qui offrent une source d'énergie entièrement nouvelle et de plus, inépuisable. C'est, selon lui, grâce à cette source que certains hommes dotés de capacités surnaturelles peuvent être guérisseurs en influençant la structure électronique de leur patient. En effet, il existe, dans l'humain, des champs d'ondes électroniques concentrées.

Avramenko n'exclut pas que des extraterrestres utilisent cette énergie pour faire fonctionner leurs vaisseaux. Le petit appareil mis au point par Avramenko fonctionne de la même façon. Si l'on pouvait développer des véhicules suivant ce principe, il n'y aurait plus de pollution de la Terre. Mais la proposition qu'Avramenko avait faite aux Russes d'utiliser ses découvertes pour alimenter en énergie les grandes terres russes n'a pas eu d’écho favorable.

Commentaire du Dr Nieper: ‘’Si c'est réellement la bonne voie, cette découverte pourrait devenir la plus sensationnelle du siècle et à "Nobeliser." On se demande donc pourquoi, aux USA où vivait ce physicien renommé, ses travaux sont tombés dans l'oubli.’’

Le Dr Nieper signale qu’un point important sera traité lors du congrès du 27/11/97 à Hanovre, à savoir la possibilité de supprimer des isotopes grâce à la Fusion Froide. Depuis de nombreuses années, le Pr Avramenko de Moscou a publié des communiqués indiquant que le système des membranes biologiques peut potentiellement détruire une radioactivité de l’ordre de celle de Tchernobyl. Il n’est donc pas étonnant selon le Dr Nieper que le Ministère de l’économie du Niedersachs à Gorleben, en Basse Saxe ait eu des vues sur ce système.


CALLANAN OSSIE

Début 1997, un chercheur de Nouvelle Zélande, Ossie a fait part des résultats obtenus par hasard (comme souvent dans de nombreuses autres grandes inventions) sur un montage expérimental fruit du laboratoire virtuel sur Internet qu’il a baptiséGlow Regulator.

Ses travaux ont confirmé que, lorsqu'on faisait décharger un condensateur dans un éclateur, l'énergie qui y était stockée était transférée grâce à une oscillation électrique de haute fréquence. Cette oscillation précède juste la décharge, on la nomme donc pré-décharge. Ossie a découvert qu'au moment de cet étage de pré-décharge l'énergie était transférée d'une bobine électrique primaire à une secondaire et que, tout de suite après cette pré-décharge, on mesure une poussée de courant. La majeure partie de l'énergie stockée dans les condensateurs est gaspillée en chaleur. Il suffirait logiquement d'avoir un mécanisme de contrôle. Tout arc de décharge est supprimé pour un voltage donné, mais cela n'empêche pas aux ions de circuler.

Dans une configuration deglow-regulatoren série avec un transformateur à noyau d'air, tous les trous d'arc étant en série, leglow-regulatorchuinte doucement, l'arc est très petit et presque silencieux. Sur l'oscilloscope, on peut observer les oscillations continues. Une ampoule reliée au secondaire brille vivement, ce qui, selon Ossie ne serait pas possible sansglow-regulator. Celui- ci a une caractéristique : il empêche la force électromotrice de retour de revenir dans le circuit de décharge.


CORREA PAULO ET ALEXANDRA

Labofex, Experimental and Applied Plasma Physics - R&D of Concord, Ontario
Tél : 905-660-1040, fax 905-738-8427

Le Dr Paul Correa (M.Sc., Ph.D) est directeur de recherche chez Labofex. Il mène ses recherches avec son épouse Alexandra. Chez Labofex on est très discret sur les contrats de licence en cours de négociation. Au congrès ISNE de Denver en 1996, il a clairement été dit qu’il était possible de mettre au point un appareil pas plus gros qu’une boîte à chaussures délivrant 1000 watts de courant continu.

M. Wolfram Bahmann de PACE, et secrétaire de la DVS suit de très près les travaux des Correa qui ont étudié (entre autres) les travaux de Moray, Kapitza et particulièrement Reich depuis 1978. (Ils affirment à ce sujet que M. Douglas Marett qui dit avoir reproduit leurs travaux ne faisait pas partie de ce projet d’étude).

Le secret de l’invention des Correa a été bien gardé jusqu’à l’obtention des brevets le 26 mars 1996 (Brevets US, Anglais et Israéliens)

US 5416391 Electromechanical transduction ofplasma pulses
US 5449989 Energy Conversion System le 12/09/95
US 5502354 Direct current energized pulsegeneratorutilizing autogenouscyclical pulsedabnormal glow discharges



‘’Autogenous Pulsed Glow Discharge’’

Le système PAGD (Pulsed Abnormal Glow Discharge)  des Correa utilise un réacteur à énergie dont le fonctionnement est basé sur des propriétés d’émission spontanée de certains métaux dans le vide (jusqu’ici inconnues), et implique une force de réaction anormale de la cathode qui est conforme à la loi d’électrodynamique du Dr Aspden. L’entraînement moteur associé subvient à la transformation électromécanique directe de l’énergie accumulée dans le réacteur. On peut concevoir ce réacteur comme étant une batterie à vide portable que l’on rend active selon les besoins. La technologie des Correa utilise des réacteurs à plasma à décharge de cathode froide dans du vide pour créer des oscillations en auto excitation sous forme de décharges pulsées à luminosité anormale déclenchées par des émissions auto électroniques.

Le circuit est alimenté avec une source de courant continu dont l’impédance est suffisante pour empêcher une décharge soutenue d’arc dans le vide. En combinant cela avec un circuit spécial, on peut extraire une énergie électrique supérieure à l’énergie utilisée à l’entrée. On peut donc faire référence à ce système en tant que système à sur unité.

Contrairement à la Fusion Froide qui annonce une sortie en chaleur à basse température, la technologie des Correa produit directement de l’électricité sans aucune utilisation de principes de Fusion Froide ou thermonucléaire.

Le système est totalement non polluant, n’utilise pas de composés radioactifs et ne produit aucun rayonnement ni isotope. Il est auto contrôlé et composé de matériaux facilement recyclables. Le stockage de l’énergie peut se faire avec les moyens classiques.

Sont en cours de développement : un système de conversion énergétique pour des véhicules électriques (résolvant le problème d’autonomie avancé par les détracteurs), des groupes électriques et alimentations domestiques. D’autres applications sont possibles : les lasers pulsés, des inverseurs et des circuits transformateurs et moteurs.

En Novembre 1995, le Dr Harold Aspden écrit que le travail des Correa a dépassé le défi du ‘’watt’ unique’. Pour lui, 1995 est une année dont on se souviendra, particulièrement parce que le bureau des brevets a accordé (sciemment) un brevet qui démontre nettement ce que les scientifiques pensent être impossible !

Un premier test montre une décharge d’une série de batteries de 12 volts quand l’appareil recharge une série de batteries en sortie et / ou fait fonctionner un moteur. En vingt minutes de fonctionnement 0,9888 kWh sont produits avec une entrée de 0,258 kWh. Sur-unité annoncée de 4,83, et pouvant aller jusqu’à 1000 %.

D’autres recherches faisant référence aux travaux des Correa :

Dans une expérimentation sur la machine de Newman, Stefan Hartman pense que l’effet constaté : les impulsions de courant de retour négatif en escalier qui durent aussi longtemps que le sifflement du à l’étincelle produite par son arc - doit être basé sur un effet de décharge corona spécial et est peut-être relié au travail de M. Correa avec son ‘’effet de décharge à luminosité anormale’’ et à celui du Russe Chernetski qui revendiquent aussi une sortie 5 fois supérieure à l’entrée en utilisant des décharges de tube à plasma spéciales.

Chez RQM, on établit également une similitude avec l'invention des Correa : la matière située dans la zone de production d’énergie du système RQM semble aussi développer des réactions inertielles (dit "courants longitudinaux).


LOHSE

Université de Marburg

Très étonné de l’énergie provenant de la sonoluminescence, il est l'auteur de travaux très intéressants. Il ne connaissait apparemment pas les travaux de Puthoff, ni les publications du Prix Nobel Julian Schwinger qui a ramené la sonoluminescence à l’effet Casimir, c’est à dire une conversion de VFE. Ce genre d’erreur devrait faire réfléchir toutes les grandes écoles allemandes, comme le pense la DVS.


M.I.T. : ALLUMAGE A PLASMA - L4AIMANT DU M.I.T. et LE SPIN HARMONIZER

Le MIT est une petite entreprise fondée en 1982, à Oldenburg. La petite et toute nouvelle université, dirigée par l’Etat de Basse Saxe, et installée dans cette même ville, collabore activement avec le MIT qui gère un groupe intéressé par l’exploitation de l’énergie du champ de tachyons. Une industrie orientée vers l'électromagnétisme de Dallas, l’a imitée en 1984. Une filiale du MIT est installée aux USA, PO Box 4328 Huntsville (AL) 35815. Elle se dit prête pour une production de masse, avec un coût de fonctionnement énergétique estimé à moins d’un penny par kW.

Le MIT est convaincu que trois développements clés détermineront l’entrée dans une nouvelle ère technologique.

En premier lieu, la technologie des puces, puis la technologie génique et la thérapie génique réparatrice et enfin la conversion de l’énergie du champ de gravité, tachyon, ou Energie Libre.

Le MIT se consacre au troisième développement, mais a néanmoins un très grand savoir faire dans le deuxième.

Avant d’entrer dans le troisième développement cité ci-dessus, le MIT recherche des procédés de combustion dans la propulsion automobile. Ses travaux ont pour résultat une technologie magnétique protégée par un brevet, leMIT Spin Harmonizer  qui porte sur le conditionnement des carburants liquides ou gazeux.

Depuis la fin des années 70, la Compagnie anglaise Jaguar utilise un aimant au niveau de l’alimentation en essence. On savait déjà qu’un aimant placé sur les échappements des fusées en augmentait leur poussée.

En 1984, le MIT adoptait le système de combustion à plasma de l’ingénieur allemand Baur. Ce dernier a développé un nouveau système d’allumage, issu de la technologie des champs de tachyons. C’est une connaissance très poussée, sur les installations d’essais du MIT, mais partiellement publiée dans la physique des tachyons, qui a permis d’obtenir des améliorations considérables dans la technologie du Spin Harmonizer (technologie magnétique, faisant partie du champ général de la MHD ou Magnéto Hydro Dynamique, mais surtout dans l’allumage à plasmas. Ce système remplace l’étincelle classique des moteurs à allumage par bougies, par une flamme de plasma 100 à 600 fois plus énergétique que l’étincelle. Cet allumage au plasma a pour résultats une combustion extraordinairement propre dans les moteurs à essence. On peut ainsi brûler un mélange essence - air plus pauvre, et ce qui est plus étonnant, un certain pourcentage d’eau dans l’essence. L’énergie ainsi libérée à partir de l’eau représente environ la moitié de celle libérée par l’essence, tout en se servant de bougies ordinaires comme avant.

On extrait plus de 99 % de cette énergie du champ de tachyons grâce à une technologie Tesla plutôt classique, mais avec un système sophistiqué de condensateur. A chaque allumage, une " giclée" d’énergie tachyon est libérée dans le mélange comprimé air - essence, ce qui a pour résultat, - par activation énergétique de l’électron d’hydrogène -, une combustion d’une propreté exceptionnelle. Nikola Tesla entre ainsi dans la technologie automobile contemporaine.

Fin 1984, le MIT a observé que les effets du Spin Harmonizer décrits précédemment diminuent quand le carburant soumis à l’influence de l’aimant est sous pression, alors qu’ils augmentent au delà de la normale lorsqu’il est sous aspiration. Cette observation s’accorde bien avec les théories déjà décrites concernant le comportement électronique des liquides compressés (Voir Gallimore).

Le MIT a breveté un système dedecompression-stepqui permet au Spin Harmonizer d’imiter le phénomène d’aspiration, et améliore encore l’économie de carburant, y compris dans les diesels.

En Janvier 1985, un journal automobileOffroada annoncé, dans un long article plutôt scientifique, à la suite de ses propres essais, des réductions de consommation d’essence significatives. Dans une Chevrolet Blazer 4 WD, de 6 ans ayant plus de 120.000 km : 27 % de moins et 30 % sur une Lada Niva 4 WD de 3 ans ayant plus de 50.000 km. Démarrage amélioré, conduite plus souple, 90 % de diminution de CO et NH dans les échappements, aucun dépôt de goudrons comme l’ont montré les examens des cylindres, augmentation en flèche de l’accélération et de la vitesse de pointe, amélioration spectaculaire du démarrage à froid, des performances du moteur dans le froid, diminution de sensibilité aux différentes qualités de carburant.

La Volvo 262 C du Dr Nieper en est équipée. Le Dr Nieper témoigne de résultants saisissants. ‘’Le cliquètement observé sur les moteurs à essence disparaît totalement, même en accélérant. Le démarrage à froid, déjà facile, l’est encore plus. Sans changer le réglage, le ralenti est plus rapide. Dans le cas de cette voiture à transmission automatique, la course sans enfoncer la pédale d’accélérateur est considérablement plus longue, ce qui oblige à modifier le style de conduite. L’accélération à bas régime est sensiblement améliorée comme l’est par conséquent la conduite en ville. Dans ma voiture, le moteur en V, 6 cylindres " Moteur Europe" a une tendance à vibrer légèrement à un certain régime. Cet inconvénient disparaît avec l’aimant MIT, et à d’autres régimes, sa régularité le fait ressembler à celui d’une Rolls Royce. Les moteurs diesel cognent moins, et surtout font preuve d’une plus grande souplesse.’’

D’autres résultats : une économie de 40 % a été obtenue sur une Buick 1977, 6 cylindres, aux conditions de la circulation habituelle (lente) en Amérique. Sur une Golf VW Diesel, l’économie est de 14 %.

C’est dans les véhicules à couple plus élevé que les économies sont les plus évidentes, dans les boîtes à 5 vitesses, 4 vitesses plus surmultipliée, et 4 vitesses automatiques à verrouillage de convertisseur de couple au moins à la 4e. Les boîtes 3 vitesses, profitent moins de cet équipement, ce qui montre bien leur faible efficacité.

Le Spin Harmonizer du MIT améliorera vraisemblablement la durée de vie des moteurs, et particulièrement des systèmes silencieux. Sur les camions Diesel, les bus, et surtout les turbo Diesel, l’économie est augmentée. Le MIT prépare aussi des modèles de Spin Harmonizer pour bateaux de toute taille, y compris ceux fonctionnant au gas-oil et fuel lourd, ainsi que pour toutes sortes d’usages fixes où on brûle du pétrole.

On espère pouvoir éviter d’installer des pots à catalyse, pas très pratiques et, en Allemagne, très contestés car ils produisent des gaz toxiques dont le phosgène qui est un gaz de combat, de l'acide sulfhydrique, et des particules de platine cancérigènes. On espère aussi prolonger la durée de vie du catalyseur en combinant le Spin Harmonizer avec un allumage à plasma.

Aux USA, la même année, un aimant en tube céramique, le " Polarion X ", dont les résultats sont remarquables, a été introduit sur le marché. Placé avant le carburateur il fait baisser la consommation de 7 à 15 %, et réduit les émissions toxiques de 15 à 30 %. Plus les économies de carburant sont importantes, plus la sortie et charge du moteur sont faibles, c’est à dire que son piston a une plus grande course. Un autre système, le " Petromizer" fabriqué à New-York, est en compétition avec le Polarion et semblerait avoir même de meilleurs résultats particulièrement dans les turbo-diesels. (En France Enunivers commercialise l'ECOCARBU, voir http://www.enunivers.com/ )

Il est bien probable que ni Jaguar, ni Polarion ne connaissent le principe qui est sous-jacent à la magnétisation du carburant. Il nécessite une connaissance de la physique des tachyons, et de solides corrections à la théorie de l’électron pour pouvoir expliquer l’étrange et fondamental effet de l’action magnétique sur l’économie du moteur à combustion interne. Pourtant, c’est une condition préalable et nécessaire pour mieux construire cette technologie auxiliaire si utile, et valable sur tout véhicule. Le MIT disposant de la connaissance fondamentale en physique des tachyons a amélioré son précédent modèle en Juin 1984.

La mobylette à convertisseur d’énergie tachyon

En 1982 une démonstration sur une mobylette (probablement Krüger selon le Dr Nieper) a eu lieu en Allemagne. Des diapos de la mobylette et de la voiture qui fonctionnent à l’énergie – tachyon ont été présentés au Rotary Allemand, le 24/11/82 par le Dr Nieper, (membre du Lions depuis 1961).


Le Dimanche 2 Mai 1982, entre Oldenburg et Delmenhorst, en Allemagne, un essai comparatif discret mais à portée historique a été effectué sur 3 mobylettes.

L’expert, fonctionnaire assermenté spécialisé dans les essais automobiles en Institut, devait déterminer si oui ou non, une énergie extérieure, ou des batteries cachées, ou des sources radio intervenaient. Les conclusions de l’expert ont certifié qu’il n’en était rien. Il affirme : " L’énergie supplémentaire de la Mobylette B, provient d’un champ d’éther pour l’instant non identifiable. Elle a utilisé beaucoup plus d’énergie que celle stockée dans ses batteries ."



Mobylette A : standard, du commerce, à moteur électrique, à deux batteries : 8,35 km



Mobylette B : la même équipée en plus d'un convertisseur d'énergie tachyon pour la recharger : 36,3 km

Mobylette C : modèle classique, non électrique, avec 250 ml d'essence, c'est à dire une quantité équivalente d'énergie identique à A. : 14,7 km.


 

Mobylette présentée dans le journal La Montagne du 12/05/1985



PAPPAS PANOS Dr
 

http://www.papimi.gr/

 


En 1991, le professeur grec Pappas ami de Puthoff et Shoulders, a fait un résumé riche d’enseignements sur sa théorie et ses expériences sur la création d'énergie dans les étincelles et décharges. Il a fait ressortir que, dans la théorie de Maxwell, on suppose qu'il y a une continuité et proximité de la trajectoire pour le flux de tous les courants. Des oscillations d'arc naturelles diverses sont présentées comme preuve directe de la création d'énergie.

Le Pr Pappas a travaillé avec Graneau, et présenté un sujet intéressant à la revueExplore, en collaboration avec Charles Wallach : les effets des oscillations de champ magnétique pulsé en thérapie du cancer. Leur base de travail s’appuyait sur la capacité de régénération de la cellule pour accroître le potentiel des échanges à travers la membrane (TMP). Quand ce potentiel descend aux environs de -15 mV, le processus de mitose est déclenché et la cellule se divise. Le Dr Nieper dit : " Je présume que le CA. EAP aide la cellule à restaurer son niveau trop bas de TMP et à prévenir la division cellulaire dans le cas d’une attaque du cancer." 


POSTKATCHEEVA LUDMILA

Physicienne venant de Moscou, travaillant sur la conversion de l’énergie du plasma en chaleur. Elle propose au Dr Nieper d’échanger des informations. Elle possède un article en anglais de R.F. Avramenko et V.I Nicolaeva " Quantum energy of Electronic Bose-Condensate in Environment " M. Chemistry, 1991, ainsi qu’un autre article en Russe auquel elle a participé avec les mêmes auteurs.

QUELQUES ABREVIATIONS ET SIGLES SUPPLEMENTAIRES



EPRI ELECTRIC Power Research Institute
ICCF International Conference for Cold Fusion - Conférence Internationale sur la Fusion Froide
ISNE International Symposium on New Energy
PPC Patterson Power Cell


Retour au Menu



Retour au sommaire



Retour à l'Accueil