ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

EVOLUTION DE LA RECHERCHE SUR L'ENERGIE LIBRE :

OBSTACLES ET ESPOIRS DANS LA RECHERCHE SUR L'ENERGIE DU VIDE

Page créée le 5 juillet 1999


Retour au Menu

Accès au moteur de recherche

L’écart entre riches et pauvres est énorme, entre l’hémisphère Nord et l’hémisphère Sud, entre des Occidentaux jamais rassasiés, et tous les autres sans cesse dépourvus."
Les avoirs des 84 personnes les plus fortunées du monde surpassent le produit intérieur brut de la Chine, avec ses 1,2 milliards d’habitants.

Les magots des 225 plus grosses fortunes du monde équivalent au revenu annuel des 47 % d’individus les plus pauvres du globe, c’est à dire 2,5 milliards de personnes.

Si on prélevait ne serait-ce que 4 % sur ces magots, on pourrait assurer à tous les habitants de la terre l’accès aux services sociaux de base : infrastructures sanitaires, éducation, eau potable et nourriture.

Extrait du rapport mondial sur le développement publié par les Nations Unies en 1998 disponible chez Economica, 49, rue Héricart, 75015 Paris
 

Après la lecture des réactions des politiques, industriels, médias etc., le lecteur a déjà une idée sur Les obstacles à la recherche
 

Rejet

 

A comparer avec ces propos de Wolfram Bahman, secrétaire de PACE : " De nombreux chercheurs n’ont pu imposer leurs découvertes face à la résistance des banques, des grandes industries, des militaires, et des services secrets. Le combat contre la pollution mondiale grâce à l’acquisition d’énergie nouvelle peut être gagné, mais on se pose toutefois la question : doit-il être gagné ? "
 

Mauvaise foi

 

Condamnations
 

Une cour de justice a du se prononcer au sujet d’une question scientifique, une première ?

L’affaire concernait Martin Fleischmann, Stanley Pons, Tullio Bressani, Giuliano Preparata, et Emilio Del Giudice contre le journal La Republicca s.p.a., Eugenio Scalfari et Giovanni Maria Pace. (voir dossier suivant sur la Fusion Froide).

En octobre 1991, la Republicca avait publié un article sous la plume de leur rédacteur scientifique Giovanni Maria Pace, qui avait fait la critique du livre " Faux Prophètes ", et avait principalement suggéré que la Fusion Froide était une fraude scientifique. Les noms de Fleischmann et Pons étaient mentionnés, ils étaient traités de " prêtres fornicateurs " (ce que Nature qualifie de langage coloré). Des lettres venant de Bressani (Turin), Preparata (Milan), et Del Giudice (Milan) ont été adressées au journal et publiées. Les cinq ont alors poursuivi en justice le journal, son rédacteur et le journaliste en demandant 8 milliards de lires de dommages (environ 5 millions de dollars).

La cour désigna le Pr. Giovanni Licheri de Cagliari pour évaluer les 105 pièces de preuves scientifiques présentées. Les cinq plaignants ont demandé au Prof. Daniele Gozzi (Rome) d’être leur conseiller. La Republicca, quant à elle, a choisi Douglas Morrison, du CERN, à Genève (voir Nature 363(1993)107).

Les deux parties fournirent ensuite des preuves écrites.

Décision du tribunal : la plainte de Fleischmann, Pons, Bressani, Preparata, et Del Giudice a été rejetée. La cour les a condamnés à payer les dépenses légales, environ 20.000 dollars…

Même si le tribunal a conclu que Fleischmann et Pons avaient présenté leurs résultats correctement car leur article avait été soumis à la publication le 13/03/1989, et avait été accepté le 22, avant la conférence de presse du 23, il a jugé que depuis 1991, les progrès avaient été minces et qu'il n’y avait pas de bonne théorie capable d’expliquer la Fusion Froide. Il y avait échec dans l’observation des produits de fusion (tritons, neutrons, protons, 3He, 4He et rayons gamma) qu’on était en droit d’attendre.

Le tribunal a dit que Fleischmann et Pons fournissaient des données différentes et contradictoires selon le moment, noté qu’ils avaient omis de citer les travaux du Pr Jones, critiqué leur façon de traiter avec la presse et de considérer les développements futurs, et a conclu qu’ils étaient loin de la réalité.

Pour le tribunal la plupart des scientifiques ayant abandonné la Fusion Froide, il a donc été jugé que les commentaires qu’avaient faits Giovanni Maria Pace dans l’exercice de sa profession étaient justifiés par les grandes discussions et contestations suscités par la Fusion Froide.

Ce jugement est à l'image de celui de l’American Physical Societyqui, sans prendre connaissance du dossier, a voté à main levée pour condamner toute expérience sur la Fusion Froide.

 

Quelques exemples de censure, tracasseries et menaces
 

D'autres exemples seront évoqués plus loin dans les biographies de certains chercheurs.

- Julian Schwinger, un des pères de l’électrodynamique quantique, prix Nobel a démissionné de Physical Review Letters à la suite de leur refus de publier son article sur la Fusion Froide. Dans une lettre ouverte datée de 1991, Paul Brown écrivait :
" Depuis 1978, alors que j’étais étudiant, je suis impliqué dans la recherche sur l’Energie Libre. J’avais entendu de nombreuses histoires cauchemardesques au sujet de personnes qui avaient mis au point des choses intéressantes et avaient été persécutées, tracassées, voire même tuées…Le temps passant, vers 1982, mes travaux qui avaient une certaine portée subirent quelques critiques mineures et un scepticisme que je trouvais autant bénéfique que raisonnable…
Cependant les choses ont commencé à changer, lentement, de manière alarmante. Plus j’avais de succès dans ce que j’entreprenais, plus j’attirais des gens malhonnêtes et avides. En 1987, nous avons décidé que le temps était venu d’annoncer officiellement l'objet de nos travaux et leurs résultats…Et ce fut le début des pires ennuis. Depuis février 1987, ma compagnie et moi-même avons été persécutés par le Département d’Etat de la santé, puis le Département des Finances d’Idaho a porté plainte contre nous…j’ai commencé à recevoir des menaces, on m’a accusé de fraude, mon responsable fiscal puis ma femme furent agressés. On cambriola ma maison à trois reprises. On m’accusa deux fois de trafic de drogue. J’ai perdu ma maison, et tout récemment, la voiture de ma mère a subi un attentat à la bombe…Si je vous parle de tout cela, c’est pour vous dire qu’il ne s’agit pas de coïncidences. Je comprends maintenant pourquoi certains inventeurs disparaissent de la société. Mon conseil est le suivant : gardez un profil bas jusqu’à ce que vos travaux soient terminés, choisissez avec soin vos partenaires en affaires, protégez vous ainsi que votre famille, sachez que ces histoires de cauchemars sont vraies…ne perdez jamais la Foi ."
 
- William Hyde récent détenteur de brevet a écrit cet appel Urgent :
" Le Département d’Etat de l’Energie et divers grands groupes ont tenté, et continuent de le faire, de supprimer la technologie de l’énergie nouvelle. Ils se servent de tracasseries, de menaces de mort, de chantage, d’extorsion et ils emploient des gens chargés de faire des poursuites judiciaires sans fondement mais qui ruinent les inventeurs. Depuis cinq ans, je suis traîné dans les tribunaux pour des choses insignifiantes. Sans aide du peuple américain, je ne pourrai plus travailler dans ce domaine important de l’énergie car les sommes destinées à se battre contre la bureaucratie fédérale et des groupes fortunés sont prohibitives. J’ai déjà dépensé plus de $35.000, j’ai perdu 30 brevets pour l’étranger à cause de l’action du gouvernement. J’espère votre aide et vous en remercie d’avance. "
 
- Il existe d’autres exemples de censure manifeste de la recherche d’avant-garde dans Project Censored à l’Université d’Etat de Californie. Ses étudiants publient un bulletin ainsi qu’une compilation annuelle des cas les plus représentatifs à ce sujet. Il y a aussi le livre de John Coleman paru en 1992 Coleman Conspirators' Hierarchy: The Story of the Committee of 300, et Bankrupty 1995 (Figgie Jr. 1992) qui traitent des raisons qui sont derrière ces censures.

- Lors du Symposium sur la Technologie de l'Energie Non Conventionnelle le 23/09/1983 dont il a été le principal organisateur, Ken Mac Neil a commenté le texte de l'injonction de secret : Title 35, U.S. Code (1952) Sections 181-188, texte que de nombreux inventeurs ont reçu. Le texte complet peut être obtenu auprès de la Cornell Law Library.

Extrait du texte :

" Il est signifié au déposant de brevet nommé ci-dessus, à ses héritiers et tous ceux à qui il est transmis, et tous ses hommes de lois et agents ce qui suit :

Par la présente, notification vous est donnée qu'il a été trouvé dans votre application identifiée ci-dessus une matière dont la divulgation non autorisée serait préjudiciable à la sécurité nationale, et il vous est ordonné de ne publier ni divulguer en aucune manière l'invention ou toute matière s'y rapportant y compris des détails non publiés jusqu'à présent sur la dite application, et en aucune façon à toute personne n'ayant pas connaissance de l'invention avant la date de l'injonction, y compris tout employé des mandants, mais de garder le même secret excepté par consentement écrit obtenu préalablement du Commissaire aux Brevets, sinon elle tombera sous le coup de 35 USC (1952).

Toute autre application déjà enregistrée ou à venir contenant une quelconque partie significative de la matière de l'application identifiée ci-dessus tombe sous le coup de cette injonction. Si une autre application ne tombe pas sous le coup de l'injonction de secret, elle peut être portée à l'attention du Groupe de Sécurité, Licences et Examen, au Bureau des brevets.

Si, avant l'émission de l'injonction de secret, une quelconque partie significative de la matière soumise à examen a été révélée à qui que ce soit, les mandants informeront rapidement la personne de ce qu'elle encourt comme pénalités en cas de divulgation. Cependant si cette divulgation a lieu dans un pays étranger ou vers un ressortissant étranger aux USA, les mandants ne pourront pas informer la personne de l'injonction de secret. Au lieu de cela, ils fourniront rapidement au Commissaire des Brevets: date de la divulgation, nom et adresse du divulgateur, identification de la partie concernée et de toute autorisation par une agence gouvernementale d'exporter une telle partie. Si la matière soumise à examen est comprise dans une application de brevet étranger, ou un brevet, ceci doit être identifié…"

Selon l’information obtenue grâce au FOIA ,en 1991 le Pentagone a placé sous la censure 774 (290 en 1979) applications de brevet dont 506 d’entre elles l’étaient sur intervention de sociétés privées."

 
- Extrait de l’article de Joseph Roberts de Colorado Springs paru dans Extraordinary Science du printemps 1993.
Pourquoi des technologies pouvant apporter plus de bien être à tout terrien sont elles occultées? Une partie de la réponse, incomplète, tient au rôle des multinationales qui contrôlent réellement le gouvernement des USA et le monde entier. Elles maintiennent le statu quo, par cupidité, désir de puissance. Mais il y a incontestablement une autre composante à ce contrôle.

C’est le gouvernement de l’ombre qui empêche la diffusion de cette technologie. Des sociétés secrètes du monde entier, formant un réseau, comme les Illuminati, le Conseil des Relations Etrangères, le Groupe Bilderberg, la Commission Trilatérale ont des priorités différentes de celles des capitalistes, en ce sens qu’elles désireraient contrôler la technologie (de Newman par exemple), dans le but de former un gouvernement mondial soumis à leur contrôle.

Il se pourrait aussi qu’il existe à cette question une réponse beaucoup plus occulte apportée par le témoignage de Al Bielek, impliqué dans l’Expérience de Philadelphie pendant la 2èmeguerre mondiale. Il déclare avoir vu dans les installations du sous-sol de l’Université de Californie à Berkeley, dès 1941, une machine à Energie Libre.

( Bielek a animé des ateliers à la Conférence sur la Science Extraordinaire de Juillet 1993 à Colorado Springs).

Si son récit est exact, pourquoi tant de temps écoulé depuis l’existence de cette technologie ? Pourquoi est-elle cachée ? Auprès de qui - et cette question est aussi fondamentale que mystérieuse - le gouvernement s’est - il, à l’origine, procuré cette technologie ? C’est seulement lorsque les citoyens américains, tenant tête à leur gouvernement, le confrontent à des questions capitales comme celle-ci ( et non des fantasmes) et le poussent à assumer ses responsabilités, que la vérité non censurée peut apparaître. C’est alors que nous pourrons prendre soin de la Terre et préserver l'espèce humaine.

(On trouve des éléments complémentaires sur ce sujet dans Philadelphia Experiment de Brad Steiger, NDLR).
 
- Une lettre ouverte de Bruce de Palma adressée le 7/9/95 à SEA/US
" Absent des Etats-Unis depuis cinq mois je vous remercie pour tous vos articles sur la N-Machine. D' Australie où je réside, j’ai maintenant une vision plus claire de l’Amérique. J’ai reçu vos deux courriers, de William Hyde et de Paul Brown, mais je ne suis pas complètement au courant de leurs travaux. Finalement, ils s'aperçoivent que la technologie à Energie Libre est opprimée aux USA.
J’ajoute qu’il est vrai que j’ai eu des menaces de mort. La première fois, cela est venu d’Edgar Mitchell, l’astronaute qui m’a dit : "le gouvernement estime que, sans aucun doute, la N-Machine était la machine à Energie Libre qu’ils cherchaient et que si je tentais quoi que ce soit en Californie, on me ferait sauter la tête." La CIA m’a averti par l’intermédiaire de Mitchell que je ne pourrais quitter le pays car je serais kidnappé. C’était en 1980, on s’efforçait de m’effrayer alors que je devais me rendre à Hanovre, à la première conférence du Dr Nieper sur l’énergie du champ de gravité. Le Pr P. Tewari qui y a assisté fut récompensé pour sa N-Machine, appareil qui est à ce jour celui qui permet d’observer le plus nettement le phénomène d’Energie Libre.

Ces dernières années, mes inventions ont été confisquées par différents groupes, le premier étant la communauté Sunburst qui m’a aidé à construire la N-Machine mais quand leur chef a vu miroiter les dollars il a décidé de se passer de moi.

Ensuite, d’autres groupes ont tenté de me manipuler et de me contrôler, c’est à dire tout obtenir de moi, techniquement parlant. En fait, le contrat de Mitchell avec moi était relatif à une affaire qu’il essayait de monter et où il allait avoir à collecter de 150 à 300 millions de dollars, et faire démarrer une société de la taille de General Motors en trois à cinq ans. Je devais avoir un contrat de travail d’un an et $30.000 et la possibilité de toucher peut-être 1 ou 2 % de l’affaire. Mais, sur les conseils de mes avocats, j'ai refusé ce qui a fait piquer une colère à Mitchell.

Après j’ai été en affaire avec une compagnie du sud de la Californie, MicroCoGen, pour l’achat de N-Machines pour un système de cogénération, d’ailleurs excellent. De toute façon, la Southern California Edison leur fit faire faillite, car elle avait révisé à la baisse le tarif de courant des clients (dont elle avait obtenu la liste grâce à une certaine loi), ce qui les incitait ainsi à ne plus avoir besoin d’acheter les machines.

Plus récemment, lors d’une émission nocturne sur KPFK, (120000 watts NFM la plus puissante station du Mississippi, indépendante, non commerciale), sans avertissement, dès que j’ai été annoncé comme l’invité le plus controversé que Roy Truckman ait jamais eu, le courant fut coupé pendant trois heures. Enfin, cela peut être une coïncidence et je peux être paranoïaque. Mais en cas de panne d'émetteur, un service de maintenance est supposé exister, et justement, cette maintenance était prévue pour les jours suivants…

Toutes les affaires que j’ai essayé de bâtir pendant des années, même soigneusement documentées et mûrement réfléchies, et montées par des hommes de loi et des techniciens, ont fini en queue de poisson quelque part…Le temps passe et on n'obtient aucune réponse des agences gouvernementales censées agir.

Par exemple, la NASA a finalement été avertie par deux membres du congrès après mon passage dans une émission largement suivie dans la journée en Floride "For the People " de Chuck Harder. Ces deux membres ont demandé à la NASA de faire des recherches et ils se sont occupés de choses inutiles, ont fixé des dates puis les ont changées… Des gens de l’Air Force tenant à la plus grande discrétion sont venus me voir, pendant leur temps libre.

Au bout de quelque temps, vous êtes pénétré du message qui vous montre que vous travaillez dans un environnement très étrange, où la plupart des gens autour de vous croient à ce qui est bien, ou mal, à la raison, à la Constitution et aux hommes de loi, et à toute cette philosophie à laquelle nous nous raccrochons. Mais en réalité il existe un tas d’hommes de loi corrompus de mèche avec des hommes d’affaires et des politiciens corrompus qui feront n’importe quoi pour maintenir leur contrôle sur les ressources établies et se garantir toutes sortes de revenus car ils sont assis sur tout, et c’est comme ça, on doit payer pour ceci pour cela, morceau par morceau, tous les gallons, tous les kilowatts heure d’électricité. Pour eux il est impensable que l’on puisse avoir chez soi une source d’énergie indépendante. Si on prête attention à cette sorte de technologie, elle est immédiatement classée top secret, appliquée aux armes dont les plus modernes utilisent d’énormes quantités d’électricité, par exemple, les rayons de la mort Laser, les systèmes de propulsion de bateaux, les systèmes d’énergie de la guerre des étoiles, les systèmes d’énergie de la station Mars, etc.

C’est ainsi que, d’Australie, je vois l’Amérique comme un endroit où la Science est sous une chape (de plomb). Cela a commencé à la fin des années 50, quand la censure et le principe du top secret se sont instaurés. Il y avait alors des couches et des couches de classification et probablement seulement certains comités pouvant accéder à la classification "à lire seulement" etc.

Il devient très clair que la Science qui prospère sur le libre échange des idées est complètement stoppée si la communication ne lui est plus permise. Comme si cela ne suffisait pas, nous vivons sur une planète qui doit résoudre les problèmes de surpopulation et de manque de nourriture pour lesquels toute réponse technique serait la bienvenue…

C’est pourquoi, j’ai quitté l’Amérique, car elle a, selon moi, passé le point de non retour. Ici, en Australie, les gens sont plus ou moins d’accord sur le retard de trente ans qu'ils ont par rapport aux Américains, mais cela signifie qu’ils ont encore une chance de se ressaisir s’ils poursuivent une politique énergétique indépendante.

Ce que je suggère tient en ceci, : nous possédons des réseaux d’énergie globale, des copies de tous les articles sur l’Energie Libre circulent sur la planète. Cette conscience évite toutes les Universités et les monolithes placés sur la voie du progrès…il suffit d’un ordinateur et d’un modem. Sur le sujet de l’Energie Libre les Australiens mettent sur pied un système d’accès à un ordinateur de réseau où l’on aura accès à tous les articles.

…Je tiens à dire pour finir ce propos que l’Energie Libre existe, qu’elle mérite sa place dans la science et je ne mets pas seulement en avant la seule N-Machine. Certes, c’est un des appareils qui a montré une sur – unité mais elle n’est pas la seule machine dans ce domaine, ni le fin du fin. Elle convient davantage aux villes, avions, bateaux qu’aux maisons ou automobiles. Il y a des versions plus petites, sur différents principes qui conviennent mieux pour ces usages.

En attendant, je suggère que la Terre puisse adopter une économie basée sur l’hydrogène produit par une N-Machine, très efficace dans l’électrolyse de l’eau à bas voltages et ampérage élevé. L’hydrogène ainsi produit coûte de trois à cinq fois moins qu’actuellement. Des générateurs pourraient charger des réservoirs hydrides comme ceux du système mis au point par le Dr Gerald Schafflander qui avait construit une voiture à hydrogène. Son idée était de produire l’hydrogène à partir de cellules solaires dans un environnement désertique sans nuages. Ce système très pratique, permettrait d’arrêter complètement de brûler des carburants fossiles et de produire brouillard et pluies acides. Il serait bon de déterrer le brevet de Schafflander, voir même si lui-même n’est encore dans la prison où l’a mis le SEC, pour les mêmes raisons futiles qui ont tracassé Brown et Hyde…"

 

Interventions musclées
 

En 1991, lors d'un congrès à Boston, Paul La Violette, Dr en Physique du Vermont a fait rire son auditoire en incitant les membres de la police politique - spéciale énergie libre - assurément présents dans l'assistance à se manifester. Mais personne n'a bien sûr répondu à sa demande ! " Si une loi existe contre ces recherches, il faudrait au moins en informer les chercheurs " a-t-il dit un peu comme Ken Mac Neil l'avait fait en Georgie en 1994.
 

Et pourtant…

 

C'est là que Lee découvrit comment faire de l'électricité gratuite en utilisant la super pompe à chaleur. Ses travaux étaient soutenus par trois scientifiques aux références impressionnantes, un professeur du M.I.T., un ex-scientifique du DoD, et un ex-superviseur de chez Boeing, ingénieur électricien doté de 40 ans d'expérience.

Lee écrivit au DoE, aux membres du congrès, aux médias, sans réponse, sinon quelques unes pour dire " tenez-nous au courant" et une autre agressive. Il écrivit aussi au Président Carter, qui encourageait pourtant la recherche de sources d'énergies renouvelables.

A Boston, lors d'une démonstration fameuse, il fit la Déclaration d'Indépendance Energétique, dans la ville même où deux siècles auparavant avait germé la Déclaration d'Indépendance de l'Amérique. Il décida de développer lui-même un marché. Un des scientifiques qui le soutenait ayant insisté pour qu'il le rejoigne en Californie, il partit s'installer à Ventura et installa un laboratoire dirigé par ce même scientifique. Dans l'équipe se trouvaient aussi le "père" du Boeing 747", le concepteur de la coque des sous-marins modernes offerte à la Navy, un ancien chef de la recherche à Batelle, le concepteur de systèmes de poursuites pour la NASA, et un expert sur les moteurs à combustion interne. Ils ont mis au point dans leur atelier, un générateur, le LTPC (Low Temperature Phase Change), le moteur à chaleur Fischer (dont il sera question dans les prochains dossiers), un réacteur bicoannulaire adiabatique capable de brûler du charbon avec un rendement à 90 % et le Hot Box Thermal Storage Unit.

Lee, pourtant au courant de ce qu’avait vécu d’autres inventeurs, a pensé que des démonstrations soutenues par le public seraient une bonne protection. Il a offert à certains inventeurs la possibilité de voir développer et commercialiser leurs inventions. Il pensait aussi qu'une fabrication décentralisée serait préférable. C'est pourquoi il a vendu à un réseau de personnes impliquées dans la distribution et la fabrication des produits, des informations concernant la pompe à chaleur.

Le 12/01/88, Lee avait fait des démonstrations devant 350 personnes en exposant ses idées et sa technologie. Deux jours après, sans avertissement, 13 hommes armés et munis de gilets pare-balles firent irruption dans l'installation de recherche et emportèrent tous les prototypes. Ils prirent des photos de tous les employés, confisquèrent des papiers confidentiels relatifs à des inventions confiées par des inventeurs étrangers à l'entreprise. Cinq cent pages ont été volées, ce qu'ont nié les fonctionnaires malgré des preuves photographiques.

Un procès a été intenté à Lee pour fraude du plan de commercialisation en vigueur en Californie, le SAMP (Seller's Assisted Marketing Plan)

Pendant six mois, Lee a poursuivi son travail, mais il a été arrêté par des agents de Ventura en juin 1988, lors d'une rencontre avec une personne de son réseau. On lui avait trouvé plus de trente chefs d'accusation dont celui d'avoir fait neuf victimes. Alors que dans un tel cas, une caution de 5000 dollars est demandée, Lee s'est vu exiger un million de dollars. L'avertissement était clair pour ceux qui travaillaient avec lui.

Dans cette affaire, de nombreux juges ou autorités ont signé des ordres difficiles à justifier. Celui qui l'avait arrêté a reçu une promotion et fut chargé de la prison où Lee est resté dix mois interné en attendant le jugement. Pendant ce temps, sa société a été détruite par un groupe d'hommes apparemment commandités par le bureau du shérif. Le personnel de la prison a tout tenté pour l'empêcher de préparer son procès. Les scientifiques qui dirigeaient les recherches ont pris peur et quitté la région. Les vendeurs se sont vus menacés de 60 ans de prison sur la base de violation du SAMP. Lors d'une audition, il a été révélé, parmi d'autres faits que les agents de Ventura n'avaient pas seulement fait cette persécution discriminatoire, mais avaient manqué à leur devoir en ne préservant pas les témoignages matériels et avaient effrayé les témoins et menti aux "victimes" pour créer une affaire contre Lee. La compagnie d'assurance a changé par trois fois ses règles relatives à l'importante caution.

Un an après, les scientifiques ayant surmonté leur peur ont finalement témoigné que les technologies annoncées par Lee faisaient ce qu'elles annonçaient. Muni d'un solide dossier, Lee intenta une action en justice en cour fédérale contre les fonctionnaires de Ventura, mais aucune audition n'a suivi. Toutes ses tentatives vis à vis de la justice ont été rejetées. Sa famille qui vit dans le New Jersey poursuit son œuvre s'engageant à ne tirer les chèques qu'en cas de satisfaction. Lee, condamné à payer 750.000 dollars pour avoir été soupçonné d'une fraude de 20.000 dollars a enfin vu cette somme réduite à zéro par le juge de la haute cour Robert Soarès qui a déclaré que Dennis Lee n'était pas un danger pour la société, mais que le danger économique lui, était bien réel.

Nota : 15/10/2001 : Paul Pantoneest en train de dénoncerle contrat établi entre sa société et celle de Dennis Lee (qui a de nombreux détracteurs aux USA) ,car il a les preuves du fait que les termes de l'accord ne sont pas respectés.
 

Un exemple de détracteur

Il dit par exemple : "Le 23/09/96, avec trois amis, je me suis rendu au Philly Corestates Center pour écouter Lee. D’après mon enquête, il a dépensé quelque $100.000 pour monter cette manifestation. Son style m’a intrigué : cela m’a fait penser à un démarcheur à domicile, à un catcheur professionnel, à Jim Bakker et Uri Geller…" Il recommande d’user de scepticisme pour examiner les 16 points énumérés par Lee.

"Dennis devrait être ouvert à mon offre d’essayer personnellement ses appareils en présence de représentants des principaux journaux...J’encourage toute personne, face à ses affirmations à garder avant tout l’esprit critique. Les scientifiques qui ont assisté à son show n'ont vu aucune preuve extraordinaire mais sont ouverts à toute preuve." L'illusionniste Randi, lui, a promis de verser un million de dollars en échange d'une simple preuve du fonctionnement de la machine de Lee.

Selon Krieg, Lee vendrait certains appareils $10.000 et accepterait les dons mais sans garantie de retour d'informations autres que celles données lors des démonstrations.

Protectionnisme

 

L' accord franco-japonais présenté au conseil d'administration de Renault mais déjà tout décidé par les Ministres français de l'Industrie et des Finances (et qui provoquera certainement des licenciements dans les deux pays, dont ceux de cadres japonais notamment) est d'autant plus curieux que Renault a apporté fin mars 1999, moyennant un emprunt de 20 milliards, 35 % de participation à Nissan pourtant endettée à hauteur de 216 milliards.
 

Crédits réduits


C’est en condamnant la fusion froide que ces scientifiques pourraient sérieusement être dans l’erreur, et certains la font ! Et pour l’aggraver, quelques scientifiques, comme on les appelle, orientent leurs compétences vers du " lobbying " politique, et pire. Dans leurs tentatives peu judicieuses d’empêcher l’erreur d’arriver subrepticement dans les majestueuses salles du gouvernement, ces lobbyistes se sont servis de leurs compétences, pour empêcher au gouvernement (par le DoE) d’accorder des fonds à la recherche sur la Fusion Froide ce que déplore Edmund Storms, de Los Alamos. Ils ont condamné officiellement des scientifiques qui ont réussi, ils ont volontairement tenus éloignés de l’évolution dans ce domaine les meilleurs chercheurs, ils ont écrit et financé des livres tels " La mauvaise science ", " Trop chaud pour être manipulé ", et le " Fiasco scientifique du siècle ". Ils ont été nombreux à dénoncer les conférences sur la Fusion Froide comme étant la balle résiduelle d'après la moisson, sans aucun grain.

Le plus grand crime perpétré contre les inventeurs, les ingénieurs, les scientifiques travaillant sur la Fusion Froide, a été de pousser à la priver de ses droits.

"Quelque difficultés qu’il y ait à découvrir des vérités nouvelles, Il s’en trouve encore de plus grandes à les faire reconnaître"
Lamarck

 
LES ESPOIRS DANS LA RECHERCHE SUR L’ENERGIE DU VIDE
" Parce que leur propre industrialisation a conduit les occidentaux à conquérir les régions du globe où des cultures plus anciennes se désintégraient lentement ou restaient statiques, dans un état semi-fossile, la crise (de l’ensemble culturel euro-américain) a pris une ampleur mondiale. Elle est devenue la crise de la biosphère tout entière en même temps qu’une crise sociale et politique, et elle affecte les conquérants comme les peuples conquis.
Le seul moyen à la fois efficace et permanent d’éviter la catastrophe (que ce soit un lent enlisement ou un cataclysme soudain) est le suivant : il faut qu’un nombre suffisant d’individus consacrés à l’humanité et tout entiers dévoués à la cause parviennent à mettre en œuvre dans la totalité de leur être les fonctions du quatrième ordre - compassion, esprit holiste, capacité à concevoir et à œuvrer, irréductiblement et efficacement, pour l’édification d’une culture neuve, d’envergure planétaire. La Terre étant un champ d’activité organique limité et unitaire, rien ne saurait empêcher un ensemble culturel de s’organiser à l’échelle du globe. Mais cette culture devra s’articuler autour du principe de l’inclusivité pan-humaine, et son fonctionnement collectif manifester l’harmonie essentielle de fonctions clairement définies accomplies sur le mode créateur du " sacré .

Nous ne pouvons aujourd’hui que rêver de semblable société, que nous voulons plénière, harmonique, polyphonique et unanime, sans nulle certitude que nos enfants, ou nos arrière - petits - enfants la connaîtront. Pourtant si l’on ne donne pas un corps à la vision, si l’on ne met pas en forme les concepts et les idéaux susceptibles d’être concrétisés, on risque de laisser échapper la possibilité d’éviter la régression à l’état tribal, et à sa culture tout entière déterminée par les impératifs biologiques. L’humanité devrait alors tout recommencer, depuis le bas de l’échelle. Et quand bien même le mouvement serait irréversible et la régression inéluctable, une chose reste certaine ; si à l’automne des graines ne viennent pas se mêler aux feuilles mortes, nulle végétation ne viendra verdir le printemps qui suit. "

Dane Rudhyar dans " Un nouvel homme pour un nouvel âge’ ((Editions Universitaires Begedis 1984).

 

Faire face à la demande croissante d’électricité

 

Heureusement, trois technologies alternatives existent, avec COP de 4 à 8 comme l’a écrit Hal Fox dansNew Energy Newsen janvier 96 (elles seront décrites dans les prochains dossiers). Leur développement simultané dans la même décennie est un des exemples les plus intéressants de synchronisme dans l’histoire de la science. Et ces développements se sont faits partout indépendamment : 200 laboratoires dans 30 pays ont inventé 8 méthodes efficaces, 3000 articles sur ces 3 technologies sont réunis au Centre d’Information sur la Fusion à Salt Lake City, articles dont le point commun est d’être toutes les trois inexpliquées par les modèles scientifiques admis habituellement.

Première critique et réfutation des technologies HDCC (High Density Charge Cluster) et SMSM (Super Magnet Super Motors) : c’est contre la loi de conservation de l’énergie ! Mais ce n’est pas la loi qui est violée, c’est le concept sous jacent généralement accepté d’un éther vide. Si l’on accepte le concept d’un éther énergétique, on voit alors le HDCC et le SMSM comme des transformateurs d’énergie, qui sont, eux, des concepts tout à fait acceptables.

Il nous faut simplement réactualiser les idées des années 1800 et du début 1900, et il ne restera alors plus rien pour perturber nos chers modèles scientifiques.

1. Batterie Patterson PPC (Patterson Power Cell), à eau légère, électrolyte lithium, et catalyseur nickel-palladium. On estime à 3 à 5 trillions de dollars par an le marché de la PPC. Selon Eugène Mallove certaines grandes firmes sont prêtes à faire le saut dans la recherche sur la Fusion Froide.

2. La technologie des amas à charge de haute densité HDCC, développée dans les années 80, est devenue accessible au public lors de la sortie du brevet n° 5.018.180, en 1991. C’est à la connaissance de Fox le premier brevet, où on explique comment l’appareil trouve sa source d’énergie dans le ZPE ou une des sources d’énergie du futur, dont la caractéristique est d’être essentiellement illimitée. (Les brevets concernant la technologie de charge condensée ont été enregistrés à l'étranger sans que personne n'essaie de les bloquer.)

3- Des supermoteurs à superaimants capables de fournir plus du triple de puissance de sortie que celle d’entrée. Le dernier en date, celui de Takahashi, le SMSM, a été remis à des scientifiques et des ingénieurs expérimentés du Royaume Uni, pour une vérification indépendante. Le moteur, monté sur un véhicule électrique qui selon Fox, sera le principal moyen de transport du XXI ème siècle est capable de donner sa pleine puissance en côte, ou de recharger ses batteries lorsque la demande est moindre, sur du plat.

Le SMSM a été monté sur un scooter Honda et présenté en 1994 à des représentants de NISSAN, GEC-Marconi et Philips.

Comment de nouvelles technologies pénètrent-elles dans nos sociétés ?

 

Pendant la période de transition où les nouveaux appareils commenceront à restreindre l’usage des combustibles fossiles, pétrole et gaz contribueront à alimenter les transports. Seules les industries charbonnières et nucléaires sont concernées par l’impact final des appareils à Energie Libre. Cependant le nucléaire appartient à des compagnies telles General Electric et Westinghouse aux USA qui peuvent passer avec profit de leur industrie radioactive polluante à une autre, propre et plus avantageuse. En effet, sous l’effet conjugué de l’enrichissement incessant du domaine des recherches sur de nouvelles énergies et de l’augmentation croissante des besoins en énergie non polluante, la demande de l’énergie Libre deviendra irrésistible. Les opportunités de produire et / ou commercialiser ces nouveaux systèmes seront immenses pour les industries de l’énergie.

Ce bouleversement économique et social inévitable entraîne des avis pas toujours optimistes. Mais toutes les réflexions à ce sujet sont utiles et légitimes…La période de transition peut être comparée aux sacrifices faits lors de tout début d’entreprise…Hal Fox pense que les consommateurs pourront bénéficier d’une énergie coûtant de trois à dix fois moins cher qu'aujourd'hui…La transition impliquera de nouvelles lois, des taxes plus élevées sur les anciennes technologies énergétiques dont les installations seront progressivement éliminées.

 

Chacun sait bien ce que les taxes sur les carburants rapportent aux états. Les habitants des USA soit 5 % de la population terrestre consomment à eux seuls 25 % de l’énergie produite sur terre. Le coût global de l'énergie était donné pour 1992 à 22, 25 milliards de dollars. On comprend bien ce qui se passerait pour les Etats si les gens consommaient 20 % de carburant en moins.

Une projection vers le futur avec de nouveaux systèmes énergétiques.

D'après un article deFusion Factsen 1996

 

On prend pour hypothèse que

- la production d’énergie nouvelle, non polluante doit fournir 20.000 mégawatts pendant les dix prochaines années.

- il faut $1 d’infrastructure de fabrication pour produire chaque $10 de valeur de produits à énergie nouvelle par an sur 10 ans

- un appareil propre produisant une énergie gratuite en fonctionnement revient à $500 à la fabrication

- l'on dispose, en 1996 pour commencer de $100 millions et que les années suivantes, on puisse fabriquer et vendre des systèmes à énergie nouvelle en faisant 20 % de bénéfices réinvestis pour augmenter la production de l’année suivante

La question est : jusqu’où peut-on utiliser un investissement de $100 millions de 1996 pour fournir 20.000 mégawatts pendant 10 ans ?

 

Année
1996
1997
1998
1999
2000
2001
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
MW produits
0
2
6
14
30
62
126
254
510
1022
2046
4094
8190
16382
MW cumulés
  2
8
22
52
114
240
494
1004
2026
4072
8166
16356
32738
 

On suppose que les divers gouvernements autoriseront les organisations pionnières à conserver les 20 % de bénéfices nets pour réinvestir et construire des usines en l’espace d’un an. Il faudrait alors 12 ans pour produire 16.000MW. Par conséquent, en 13 ans, le monde pourrait profiter d’une augmentation considérable d’énergie nouvelle, abondante, non radioactive, non polluante.

Le coût total des installations de fabrication avoisinerait les $4.000.000.000.000 ce qui représente approximativement le seul coût annuel de toute l’énergie mondiale de nos jours.

Ce colossal effort de production augmenterait le niveau de vie énergétique de nombreuses populations du monde.

Le marché est ouvert

 

Cette idée de conspiration organisée ( menaces et manœuvres visant à censurer les inventions portant sur l'Energie Libre) n'est pas partagée par Toby Grotz et John Davidson qui penchent, eux, pour une inertie subconsciente de l'opinion générale. C'est aussi l'avis de Jeane Manning, bien qu'elle ne doute pas des témoignages qu'elle a recueillis auprès de chercheurs et qui font état de menaces et voies de fait sur eux-mêmes, leur famille et leurs appareils.

 

Et en France ?

 

Pour Renault : le manque de bornes de recharges et parking avec prises.

Chez Peugeot, les sociétés et collectivités ne renouvellent pas leur parc, trop récent, et le marché est quasi inexistant, artisanal. Même EDF a interrompu ses commandes…

Pour le Groupe Interministériel concerné, on explique la chute des ventes par un manque d'informations sur les exonérations fiscales de taxes pour les sociétés, la gratuité du stationnement, et la mise à disposition de bornes de recharge. La voiture électrique apparaît comme le véhicule le plus adéquat en ville, mais trop chère et trop peu autonome. Pour Renault et Peugeot, son développement reste lié aux progrès technologiques sur l'autonomie des batteries et ils pensent que le véritable marché se fera encore attendre, à moins d'une volonté des pouvoirs publics. (La Montagne 18/09/97)

 

Pour le Solaire et l'Eolien, sujets non développés dans nos dossiers, il existe de bonnes documentations.

1997 : Création d’un fonds de financement aux USA


C’est le Dr Daniel Cavicchio de Greenwich Venture Partners, qui réside à Greenwich, dans le Connecticut, qui va diriger ce Fond d’investissement pour les NET.

Super-Power Inc. qui concernera les appareils à sur unité, la transmutation, la neutralisation des déchets radioactifs sera aidée dans sa tâche par un certain nombre de scientifiques et ingénieurs dont ceux de Cold Fusion Technology.Inc de New Hampshire.

M. Cavicchio est diplômé en mathématiques, en physique, en sciences de la communication et informatique. Il a fait partie de très nombreuses et importantes firmes dont Aerospace Corporation AT&T, WesternElectric qui est devenue ensuite Lucent Technologies, General Electrics, CBS, Corning Glass, Hooker Chemicals and Plastics, filiale d’Occidental Petroleum.

En 1978, il est devenu directeur commercial de American Can Company, dans le secteur de l’emballage. Depuis 1984, avec ses autres partenaires de Greenwich Venture Partners, il s’occupe de racheter et reconvertir des sociétés comme, en 1986 Commonwealth Sprague Capacitor.Inc qui a vu alors ses ventes doubler et de nouveaux contrats conclus avec l’Inde et le Brésil.

En 1993, ce fut le tour de Spectra Optics Inc., société d’électronique travaillant pour la défense qui a vu ses ventes tripler et est maintenant bien placée pour réaliser une croissance rapide dans la détection d’armes chimiques, le contrôle de l’environnement et les applications de la détection de drogues.

Un mémorandum est disponible : J. Cavicchio Jr, Greenwich Venture Partners, Inc, 8 Sound Shore Drive, Suite 100, Greenwich CT 06830. Tél : 203-629-4447. Fax : 203-629-4848

Adresse : Rua 3 n° 570 Jardim Henrique Martins CEP 07600000, Mairiporã, São Paulo, Brésil.

 
COP Coefficient of Performance
DoD Department of Defense
DoE Department of Energy
FOIA Freedom of Information Act - Loi sur la liberté de l'information
IANS International Association for New Science
ICCF International Conference for Cold Fusion - Conférence Internationale sur la Fusion Froide
M.I.T. Massachusetts Institute of Technology
MITI Ministère du commerce International et de l'Industrie au Japon
NEDO New Energy Development organization
NEN New Energy News
NET New Energy technology
NHE LAB. Laboratoire New Hydrogen Energy
R&D Recherche & Developpement
SAFE Swiss Association for Free Energy - Association Suisse pour l'Energie Libre
SRI Stanford Research Institute
VFE Vacuum Field Energy - Energie du Champ du Vide
ZPE Zero Point Energy - Energie du Point Zero
 


Retour au Menu



Retour au sommaire



Retour à l'Accueil