ENERGIE - DES SOLUTIONS POUR PRODUIRE SANS DETRUIRE L'ENVIRONNEMENT
"Il n'y a pas de crise de l'Energie, mais simplement une crise d'Ignorance" B. Fuller

 Tout le site Quanthomme est accessible par 
www.quanthomme.fr
ou www.quanthomme.info ou 
www.quanthomme.com ou www.quanthomme.org

Retour à l'accueil TOUT Quanthomme Retour à l'accueil de la Partie 2 Retour à la liste des nouvelles   Accès au moteur de recherche

Page créée le 6 décembre 2005

 

Les carnets de René

 



L’Énergie Thermique des Mers

L’expérience de G. Claude à Cuba : une leçon de ténacité pour les entrepreneurs.

Ce texte relate les péripéties vécues par l'ingénieur Georges Claude pour démontrer la faisabilité de la production d'électricité à partir de la chaleur accumulée dans l'océan. Expérience menée à Cuba en 1930, en grande partie auto financée par G. Claude, elle témoigne de son esprit d’entreprise et de sa ténacité pour surmonter les difficultés rencontrées, notamment pour la pose de la longue conduite d’alimentation en eau froide. Son succès fait de Georges Claude, le pionnier incontesté du procédé ETM (Énergie Thermique des Mers).

 

Ce texte est inspiré d’un article paru dans une lettre d’information de l’International OTEC/DOWA Association : "George Claude’s Cuban OTEC Experiment : a Lesson of Tenacity for Entrepreneurs", IOA Newsletter, Winter 2002 par Martin G. Brown, Michel GAUTHIER, Jean-Marc Meurville, et de l’article "Power from the Tropical Seas" de G. Claude paru dans la revue US « Mechanical Engineering », Volume 52, December 1930, N°12.(Fig 3)


Introduction

La possibilité de produire de l’énergie électrique à partir de la chaleur accumulée dans l’eau chauffée par le soleil à la surface des océans tropicaux est connue des physiciens depuis la fin du 19ème siècle. Cette eau dont la température peut atteindre 28°C dans certaines régions peut être utilisée comme la source chaude de l’évaporateur d’une machine thermique dont le condenseur serait alimenté par de l’eau froide pompée sous la thermocline à plusieurs centaines de mètres de profondeur.

Le procédé est connu sous le nom d’« Énergie Thermique des Mers » - ETM. La technologie ETM est simple dans son principe, éprouvée, non polluante et le développement de la filière pourrait contribuer aux besoins du monde en énergie primaire. Mais cette forme d’énergie solaire marine est peu connue du grand public et sous-estimée par les industriels du secteur de l’énergie. Cette situation semble paradoxale pour la petite communauté internationale des chercheurs et ingénieurs qui travaillent à la promotion du procédé et à l’évaluation de sa capacité à produire de l’énergie renouvelable, abondante et accessible à tous.

Déjà en 1920 quand l’industriel français G. Claude propose de construire une usine ETM de production d’électricité, il se heurte au scepticisme de ses détracteurs. Ils arguent que l’énergie nécessaire au pompage de l’eau froide doit être, selon eux, supérieure à celle produite par l’usine, et aussi de la difficulté de construire une conduite d’aspiration profonde pouvant résister aux sévères contraintes de l’environnement marin. Le procédé proposé par G. Claude est celui de l’ETM en « cycle ouvert» qui utilise l’eau comme fluide de travail.

En 1928, à Ougrée en France, Claude en valide le principe en produisant de l’électricité avec une machine thermique de 60 kW alimenté avec de l’eau chaude à 33°C puisée dans le circuit de refroidissement d‘un haut fourneau et de l’eau « froide » à 12°C pompée dans la Meuse. Conforté par les résultats de cette expérience qui lui permettent de montrer que le bilan énergétique du procédé est positif, Claude décide d’en faire la démonstration dans des conditions réelles, en utilisant non plus de l’eau douce mais de l’eau de mer amenée par une conduite d’eau froide de dimensions représentatives de celles d’une petite centrale industrielle.

Cet article relate les péripéties de cette démonstration faite à Cuba en 1930. Expérience en grande partie auto financée par Claude, elle témoigne de son esprit d’entreprise et de sa ténacité pour surmonter les difficultés rencontrées, notamment pour la pose de la longue conduite d’alimentation en eau froide. Son succès fait de Georges Claude, le pionnier incontesté du procédé ETM.

L’épopée cubaine

Claude n’était par le genre d’homme à perdre trop de temps dans son bureau et quand il eut à choisir un site propice à la réalisation de son projet c’est à bord de son propre yacht, le «Jamaïca«, qu’il le cherche et le trouve, sur la côte cubaine, dans la baie de Matanzas à 100 km à l’est de la Havanne. Les courants marins y paraissaient suffisamment faibles pour ne pas induire de contraintes excessives sur la conduite qui, partant de terre en suivant une pente douce jusqu’à une trentaine de mètre sous l’eau, doit former une chaînette inversée surplombant une falaise sous-marine verticale d’une centaine de mètres, avant de s’enfoncer jusqu’à la profondeur de 700 mètres choisie pour l’aspiration d’eau froide.

L’équipement prévu par G. Claude est la machine thermique de 60 kW électrique qu’il a déjà utilisée à Ougrée mais alimentée ici par de l’eau froide pompée en mer au moyen d’une conduite de 2 m de diamètre. Une conduite de 0,6 m eut été suffisante mais G. Claude l’a surdimensionnée pour réduire le réchauffement de l’eau froide pendant sa remontée et aussi s’approcher des dimensions des conduites répondant aux besoins des futures centrales électrique dont il imagine l’avènement commercial.

La construction de l’ "usine ETM"

La construction de l’usine, sise à terre pour en simplifier les opérations, avec son puits d’arrivée d’eau froide et sa tranchée de protection de l’atterrage de la conduite, commence au début de l’année 1929. En parallèle, dans un hangar des douanes de Matenzas, commence la construction de la conduite d’eau froide de 2 m de diamètre en tôle d’acier ondulée épaisse de 2 millimètres. Les éléments amenés de France sont soudés en tronçons de 22 mètres. Ils sont équipés de collerettes de raccordement et de joints en caoutchouc. Peints et recouverts d’isolant thermique ils sont stockés sur une jetée proche de l’usine dans l’attente de leur mise à l’eau et de leur assemblage en mer pour former une conduite longue de 2 kilomètres.

Pourtant planifiée pendant la bonne saison et une période a priori favorable de beau temps la première tentative d’assemblage rencontre des conditions de mer difficiles et la faillite de la prévision météorologique entraîne la perte de quelques centaines de mètres de tronçons. 

Cet accident conduit Claude à modifier la procédure : la conduite sera d’abord assemblée dans une rivière avant d’être tirée en mer. Le Rio Canima dont l’embouchure est proche du site de construction fera l’affaire. La rivière est plutôt sinueuse mais G. Claude estime la conduite assez flexible pour s’adapter à ses méandres. Il faut d’abord draguer le banc de sable de 250 mètres qui en obstrue l’embouchure puis transporter les tronçons équipés de leurs flotteurs suffisamment en aval pour les assembler tout en les maintenant à poste, ancrés à des blocs de béton coulés dans la rivière. À la fin du mois d’août 1929 la conduite est prête à être « flottée» hors de la rivière jusqu’à sa tranché d’atterrage située à 7 km de l’embouchure.

Cette opération assistée par des remorqueurs n’autorise qu’un seul essai car le courant de la rivière interdit que l’on puisse en remonter le cours. Avisé d’une période favorable de beau temps, G. Claude donne l’ordre aux remorqueurs de tirer la conduite hors de la rivière mais le milieu de la conduite s’échoue à son embouchure sur le banc de sable insuffisamment dragué. La partie amont de la conduite commence «à se plier en accordéon» et est sérieusement endommagée. Dégagée pendant la nuit sous l’effet de la marée et des efforts des remorqueurs, elle coule quelques heures plus tard par 500 mètres de fond sur sa route vers l’usine. Des moyens de positionnement précis des remorqueurs et de la conduite ont manqués à G. Claude pour réaliser cette manœuvre délicate ; le budget alloué par ses partenaires est dépassé ; Claude n’abandonne pas et décide de continuer l’aventure à ses frais.

Suivant les conseils d’un ingénieur, le «senior Vasquez», mis à disposition de l’équipe française par le gouvernement cubain, une nouvelle procédure de pose est décidée. On assemblera les tronçons de conduite sur des essieux de wagonnets posés sur des rails perpendiculaires à la côte à l’endroit précis où ont été creusés la tranchée d’atterrage. La conduite sera alors tirée vers le large par les remorqueurs. Il est intéressant de constater que la procédure est celle qu’utilisent aujourd’hui les pétroliers pour l’atterrage des pipe-lines de pétrole et de gaz.

C’est aussi celle utilisée à Hawaii en 1981 pour la mise à l’eau de la (triple) conduite d’eau froide de l’expérience OTEC-1.

La fabrication de la nouvelle conduite d’eau froide commence au début du mois de mars 1930. Construite sur place elle est composée en trois éléments qui seront mis en place successivement afin de réduire le risque de manipuler une seule longueur de tuyau de 2000 mètres et pesant 400 tonnes !. Le premier élément A de 150 mètres part du puits d’atterrage jusqu’à la profondeur de 18 mètres. Le dernier, le C, long de 1750 mètres, doit être posé de façon à permettre à des scaphandriers de le connecter à l’élément A par l’intermédiaire de l’élément B construit à la longueur ad hoc pour compléter la conduite.

Après un premier échec l’élément A est mis en place le 8 juin. La tranchée est comblée avec du béton pour éviter que l’atterrage ne soit détruit par la houle. Dix sept jours plus tard c’est C qui est tiré vers le large, mis à poste et maintenu dans le prolongement de la tranchée à l’aide de 12 remorqueurs et de deux câbles d’amarrages qui lient l’extrémité coté terre à deux ancrages disposés en «V» de chaque coté du puits d’eau froide. La manœuvre suivante consiste à couler lentement l’extrémité profonde de C en vidant progressivement l’air des flotteurs qui le maintiennent en surface. C’est une manœuvre délicate et Claude a pris soin de donner « l’ordre écrit » de commencer à vider les flotteurs proches du rivage de finir par ceux situés au large. Hélas !, son ordre n’est pas respecté et c’est l’extrémité située au large qui coule la première. La tension dans les câbles de retenue est telle qu’ils cassent et l’élément C coule, irrémédiablement perdu. Si Claude avait disposé de moyens de communication plus performants pour contrôler les opérations, par exemple des « talkies-walkies » au lieu de mégaphones pour communiquer avec les patrons des remorqueurs, il est probable que ce nouvel accident aurait pu être évité.

Presque ruiné Claude s’entête et décide de reconstruire un nouvel élément C ; il est positionné correctement le 7 septembre. Après la pose du tronçon B qui relie les tronçons A et C, la conduite d’eau froide est enfin opérationnelle. Les essais de la machine ETM peuvent commencer.

Le fonctionnement de la machine thermique

Quelques jours après l’installation de la conduite, l’eau profonde arrive enfin dans le puits avec un débit de 4000 m3 par heure et une température de 13°C ; G. Claude estime que la température au point de pompage à 700 m de profondeur est de 11 °C. Le fonctionnement de la machine thermique est stabilisé. Elle produit 22 kW avec des débits égaux pour l’eau chaude et l’eau froide de 0,2 mètres cubes par seconde et des températures d’entrée et de sortie de 27 à 25° à l’évaporateur et de 13 à 15° au condenseur. La perte de charge dans la conduite d’eau froide est mesurée par la hauteur d’eau dans le puits : elle est de 3 mètres. G. Claude déduit de ces résultats que l’on pourrait extraire au moins 300 kW de puissance brute et 240 kW nette d’électricité de chaque mètre cube d’eau froide alimentant une usine ETM fonctionnant avec un écart de température de 24° C; cela sans tenir compte des "nombreuses possibilités d’amélioration du procédé".

Conforté dans ses convictions après le succès de sa démonstration G. Claude propose alors la construction d’une centrale électrique ETM de 25 MW net près de Santiago de Cuba. Il en estime le coût entre 3 et 4 millions de dollars US (valeur 1930). Cette puissance est l’étape intermédiaire qu’il estime nécessaire de franchir avant d’entreprendre la construction de centrales commerciales ETM de plusieurs centaines de MW. Mais la crise économique frappe alors le monde et G. Claude ne trouve pas les aides financières nécessaires à la mise en œuvre de sa stratégie de développement de la filière ETM. Après une dernière aventure, brésilienne celle-là, et l’échec de son usine flottante ETM «La Tunisie» en 1935, la seconde guerre mondiale puis son procès à la Libération pour «attitude collaborationniste» avec l’Allemagne nazie mettent fin aux espoirs de Claude de réaliser son rêve. Il meurt en 1960.

On dit que le puits d’arrivée d’eau froide de l’expérience ETM de Cuba, baptisée «Piscine de Claude», serait devenue la piscine d’eau de mer favorite des écoliers de Matanzas.


Textes empruntés au site http://www.clubdesargonautes.org/histoirestem/temoignages.htm
dans lequel vous pouvez voir d'autres images

 

Georges Claude à sa table de travail

Photo extraite de son livre "Ma vie et mes inventions" Librairie Plon - Octobre 1957

Page 13

 

 

Retour sommaire carnet